‘’Sans Détour’’ / Visite à Alger, congrès du MNLA : Macron, le manipulateur

Simple coïncidence ? Sûrement pas. Moins de deux semaines après le retrait définitif de la force Barkhane du Mali, le président français, Emmanuel Macron, se rend en Algérie pour une visite de travail de trois jours. Au moment où Macron bouclait son séjour, le samedi 27 août 2022, les rebelles touaregs, réunis au sein du Mouvement National de Libération de l’Azawad, tenaient aussi un congrès à Kidal, dont l’objectif était de parler de l’union des azawadiens au sein d’une seule entité. Pour quel but ? Difficile de répondre à la question si vite.

Mais pour qui connaît les rapports entre ces rebelles et Paris au moment de l’éclatement de la crise au Mali en 2012, ces deux évènements ne sont pas du tout une simple coïncidence. L’on se souvient du discours du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, en septembre 2021 à l’Assemblée générale des Nations unies, dans lequel il a déclaré : « Le gouvernement malien jusqu’à présent n’a pas son autorité sur la région de Kidal. Or, c’est la France qui a créé cette enclave, une zone de groupes armés qui sont entraînés par les officiers français. Nous en avons les preuves. »

Oui pour l’heure, Emmanuel Macron semble être sur sa garde à partir de laquelle il accuse la Russie, la Chine et la Turquie, proches du Mali,  d’avoir un agenda néocolonial et impérialiste. Mais, la vérité est qu’il est prêt à laver l’affront que le Mali a infligé à la France en chassant son ambassadeur avant de porter plainte contre elle devant le Conseil de Sécurité de l’ONU pour soutien aux terroristes. Cette humiliation, Macron est prêt à l’essuyer par tous les moyens et il est même capable de faire alliance avec le diable.

C’est pourquoi, le Mali doit être davantage vigilant avec ses alliés directs et stratégiques, surtout l’Algérie, considérée comme l’un des sanctuaires ou refuges des terroristes et des groupes séparatistes de Kidal et dont les autorités ont eu la visite de travail d’Emmanuel Macron. Pour le moment, l’on ignore ce que les deux présidents se sont réellement dit, mais ce qui est sûr, c’est que ce nouveau rapprochement entre Paris et Alger pour, selon la déclaration commune rendue publique à l’issue de la visite, instaurer un Haut Conseil de coopération au niveau des chefs d’État, afin « d’approfondir dans un esprit de confiance et respect mutuels, des réponses adaptées aux questions bilatérales, régionales et internationales », peut amener l’Algérie à changer sa vision politique avec le Mali. Surtout quand on sait qu’elle a rompu, le 24 août 2021, ses relations diplomatiques avec le Maroc, qui entretient d’excellentes relations économiques avec le Mali.

Au regard de toutes ces agitations de Macron, l’on comprend aisément que Paris veut coûte que coûte déstabiliser le Mali. Mais, rien de tout cela ne doit surprendre aujourd’hui et le Mali peut bel et bien échapper à tous les complots de la France si seulement les Maliens acceptent de se donner les mains de manière sincère pour faire ensemble face à l’ennemi commun et à tous les autres problèmes qui assaillent actuellement le pays.

Ousmane BALLO

Source : Ziré