Ecoles rurales : l’absentéisme des enseignants inquiète

Malgré les appels multiples contre l’absentéisme, de nombreux enseignants n’ont pas regagné leurs postes dans les villages. Il s’agit d’un défi pour le gouvernement qui a décidé de mettre fin à l’absentéisme dans la fonction publique. Le triste constat est que les enseignants, notamment ceux de la fonction publique des collectivités territoriales, n’aiment pas les villages. Ces profs qui ont abandonné les élèves ruraux continuent pourtant de bénéficier pleinement de leurs salaires à la fin de chaque mois.

Ainsi, l’Etat dépense depuis des années des milliards pour la formation et l’entretien de ce personnel en abandon de poste. Aucune mesure concrète n’a été prise jusqu’à preuve du contraire pour obliger ces enseignants à regagner leurs postes. Rien non plus n’a été fait pour que l’argent qui est déboursé pour leur entretien salarial serve à autre chose. Sur le terrain, il y a de nombreuses écoles fondamentales qui ont cruellement besoin de professeurs de mathématiques, de physique-chimie et bien d’autres disciplines.

Ces matières scientifiques dont les profs sont sollicités ne sont plus dispensées dans certaines écoles du pays. Les enseignants préfèrent en effet aller dans les villes moyennes ou les grandes villes où ils peuvent bénéficier de certains avantages ou opportunités économiques. Tout cela se passe dans le plus grand silence des citoyens, notamment les parents d’élèves qui ne savent pas que l’avenir de leurs enfants est en jeu. Peu de gens se plaignent en milieu rural de cette situation qui est un drame éducatif à tous les points de vue.

La hiérarchie ne s’est jamais impliquée pour que les fonctionnaires enseignants fautifs de cet absentéisme soient punis conformément à la loi. Selon certaines sources, il y a une complicité entre des enseignants absents et la hiérarchie locale. En effet, les chefs qui ont obligation de dénoncer ou de punir les absents sont eux-mêmes absents de leurs postes. Ces patrons représentant l’Etat dans les cercles et les capitales régionales sont régulièrement en déplacement dans la ville de Bamako et dans d’autres grandes villes. Comment un Directeur de Centre d’Animation Pédagogique (DCAP) peut-il recadrer s’il est toujours loin de sa base ?

A ce drame s’ajoutent les mutations difficiles à comprendre. En effet, de nombreux enseignants ont pu obtenir des mutations pour quitter les villages. Les maires qui sont censés avoir leur mot à dire sont devenus impuissants. Les enseignants trouvent d’autres voies de recours pour obtenir la mutation afin de ne pas rester dans les écoles rurales. A ce rythme, on risque de fermer purement certaines écoles rurales faute d’enseignants. Au-delà du ministre de l’Education Nationale, c’est la personne du Président de la Transition qui est interpellée. Selon des observateurs, l’ampleur des dégâts est énorme, mais invisible.

Abdallah SANOGO

Source : Rédaction du Mali

One Reply to “Ecoles rurales : l’absentéisme des enseignants inquiète”

Comments are closed.