Mali : qu’en est-il du retour de l’administration au Nord et au Centre ?

Plusieurs localités du nord et du centre du Mali étaient sans administration ni services sociaux de base à cause de l’insécurité. La récente « montée en puissance » de l’armée malienne est-elle suivie du retour de l’administration dans ces zones?

Le syndicat national des administrateurs civils estime que oui. Mais dans certaines zones, ce retour de l’administration est très timide, affirment des habitants. A Bankass dans la nouvelle région de Bandiagara, seulement trois sur les douze communes fonctionnent normalement, indiquent les autorités communales. « Sauf dans la commune de Bankass, celle de Dimbalé, ainsi que la commune de Kanibonson, les trois communes sur les 12, tous les autres services sont repliés au niveau du chef-lieu de cercle», explique Allaye Guindo, maire de Bankass

« Un retour progressif »

En revanche à Macina dans la région de Ségou, l’espoir est permis selon des habitants du cercle. Ils estiment que le retour de l’administration se fait petit à petit. « Dans la ville de Macina, il y a le retour de l’administration. Même si ce n’est pas comme dans les régions sécurisées», soutient cet habitant de la ville qui a requis l’anonymat. «Dans nos arrondissements, dans nos communes on peut dire qu’il y a l’administration. Le seul service qui manque dans nos arrondissements c’est le service des eaux et forêts. A part ça, les autres fonctionnent, les commandants, tous les autres services sont sur place», corrobore cet autre habitant

Ce constat est partagé par Bouréma Diarra, secrétaire général par intérim du syndicat des administrateurs civils. Il soutient que le retour de l’administration se fait à mesure que les localités sont libérées, « Tout récemment on a constaté que les zones qui étaient occupées une fois que l’armée procède à la libération de ces zones, les représentants de l’État ou les membres du corps préfectoral continuent à occuper ces zones au fur et à mesure que l’armée fait des progrès à ce niveau là », explique-t-il.

Il faut noter que le Gouvernement de transition a procédé à la nomination de plusieurs préfets et sous préfets issus des forces armées et de sécurité. Objectif selon les autorités, accélérer le retour de l’administration dans les zones où elle est absente.

Source : Studio Tamani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *