Salif Sanogo, DG de l’ORTM : son courage et son ingéniosité forcent le respect et l’admiration

La touche de cet homme à la voix d’or à l’Office de Radio et Télévision du Mali (ORTM) mérite l’attention de tous. Nommé le 27 décembre 2018, il a rapidement redynamisé les programmes de la télévision et ceux de la radio nationale avec la création et l’institutionnalisation des émissions débats, ainsi que des reportages et des enquêtes sur des sujets sensibles et d’intérêt national.

Ces différentes innovations faites par le produit du CESTI de Dakar, Salif Sanogo, a permis à l’ORTM d’être au service de l’ensemble des citoyens maliens sans exclusion. C’est pourquoi certains sujets de société et souvent sensibles sont tout le temps traités par ses équipes de reportable. Ainsi, le contenu du JT de 20 heures est devenu très riche, diversifié et allégé. L’on y trouve des dossiers, des grands angles, des portraits… Tout cela dans un chronogramme raisonnable. Donc, le JT ne donne plus sommeil aux téléspectateurs. Mieux, il continue de reconquérir son audience qui l’avait abandonné à cause de son contenu jugé pauvre et trop surchargé.

Parmi les bienfaits de l’ORTM sous le leadership de Salif Sanogo, il faut surtout signaler le reportage sur Fatoumata Témé, une jeune fille de 13 ans qui a fui des atrocités à Mopti pour venir à Bamako et qui s’est fait électrocuter par un fil électrique de haute tension le 17 juillet 2020 à Baco Djikoroni Golf. Amputée de tous ses membres, elle reçoit une équipe de reportage de l’ORTM. Grâce à cette initiative, la fille a bénéficié de l’ancien président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, un chèque de 3 millions de F CFA, pour la prise en charge de ses soins.

Un autre reportage, réalisé le 13 juin 2020 sur Bakary Coulibaly, un musulman, gardien du cimetière chrétien à Bamako-Coura il y a plus de 20 ans, a aussi permis à ce dernier de bénéficier d’un terrain à l’usage d’habitation. A 50 ans, Bakary Coulibaly vit dans une chambre unique avec sa famille composée de sept personnes. « Ma seule ambition, c’est de construire une maison pour ma famille avant ma mort », avait confié au reporter de l’ORTM, Tamsir Diabaté. Ce rêve pourra être réalisé grâce à Salif Sanogo et son équipe.

Le tout récent reportage réalisé le 27 décembre 2020 sur Zoumana Diarra, un livreur de repas à vélo, témoigne encore de la proximité de l’ORTM à la population. Grâce aux caméras de l’équipe de Salif Sanogo, Zoumana Diarra a reçu des personnes de bonne volonté une moto Jakarta neuve et une enveloppe d’une valeur de un million de francs CFA pour achever sa maison en chantier.

C’est dire que ces bonnes actions de l‘ORTM à l’endroit de la basse classe sociale méritent forcément d’être saluées. Aussi, grâce à ces initiatives, Salif Sanogo force aujourd’hui le respect et l’admiration.

Ousmane BALLO

Source : Ziré