Liberté de la presse : le Mali perd 2 places dans le classement mondial

Le Mali rétrogradé à la 113e place du classement mondial de Reporters Sans Frontières sur la liberté de la presse. L’ONG a publié hier son rapport 2023 à l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse.

Ce classement établi chaque année par RSF compare le degré de liberté de presse sur cinq indicateurs. Il s’agit des contextes politique, économique, socioculturel et sécurité ainsi que le cadre légal.

Classé 113e sur 180 pays, le Mali perd ainsi 2 places dans le classement mondial de la liberté de la presse. Selon Reporter Sans Frontières, le pays compte aujourd’hui environ 200 journaux, plus de 500 radios et plusieurs dizaines de chaînes de télévision.

Le Rapport explique que « l’insécurité liée à la menace terroriste et l’instabilité politique compromettent la sécurité et l’accès des journalistes aux informations ». Le document indique que les médias et les journalistes maliens sont exposés à des menaces terroristes dans le nord et le centre du pays. « Travailler en dehors de la capitale, Bamako, est désormais extrêmement risqué pour les journalistes » peut-on lire dans le document.

Le “traitement patriotique” de l’information en cause

RSF justifie ce recul par « les pressions sur les journalistes pour un traitement patriotique de l’information ». Il ajoute que « les médias publics continuent à accéder plus facilement aux informations provenant de l’État que les médias privés ».

Le document souligne que les journalistes et médias maliens vivent dans une grande précarité. « Ce qui les rend vulnérables aux influences et à la corruption », déplore-t-il.

Rappelons que la Norvège conserve, pour la 7e année consécutive, la tête du classement, suivie de l’Irlande (2e) et du Danemark (3e). Le trio de tête africain est composé de la Namibie 22e mondial, l’Afrique du Sud 25e et le Cap-vert 33e.

Œuvrer pour le respect de la liberté de la presse

La Maison de la Presse invite les autorités à œuvrer pour le respect de la liberté de la presse au Mali. C’était à l’occasion du lancement des activités de la semaine nationale de la liberté de la presse. Selon son Président Bandiougou Danté, les médias maliens traversent d’énormes difficultés dues à la crise politique et sécuritaire.

Source : Studio Tamani