Cedeao : le Mali félicité pour les progrès dans le processus de Transition

Réunis en session ordinaire dimanche dernier à Abuja dans la capitale de la République fédérale du Nigéria, les chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), se sont félicité des progrès réalisés par les autorités maliennes dans la mise en œuvre du chronogramme de la Transition.

L’information a été donnée par communiqué rendu public mardi 06 décembre 2022. En ce qui concerne le Mali, la Conférence note avec satisfaction que le processus de Transition suit son cours et que les autorités de Transition ont réalisé des progrès avec la mise en place d’un mécanisme conjoint de suivi et évaluation du calendrier de Transition impliquant le gouvernement, la Cedeao, l’UA, l’ONU, le Médiateur de la Cedeao, le Comité directeur et le Comité technique.

A cet effet, les dirigeants ouest africains ont instruit la Commission de la Cedeao d’aider les autorités maliennes, avec l’appui de l’UA et de l’ONU. Ce, en vue d’organiser une réunion avec les partenaires financiers et techniques pour mobiliser les ressources nécessaires pour relever les défis socio-politiques et sécuritaires afin d’aider au respect du délai de la fin de la Transition fixé à 2024.

Selon la même source, la Conférence exprime sa vive préoccupation face à « l’affaiblissement de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), à la suite du retrait de certains pays contributeurs de troupes de la Mission ». Et la Conférence d’appeler au renforcement de l’effectif et des prérogatives de la Minusma afin de lui permettre de s’acquitter efficacement de son mandat.

Concernant le dossier des soldats ivoiriens détenus par la justice malienne, la rencontre a salué les différents efforts diplomatiques déployés par la Cedeao et ses États membres ainsi que par les Nations-unies pour obtenir leur la libération. A ce propos, la Conférence « appelle les autorités maliennes à répondre positivement aux différents appels à la libération desdits soldats ».

Source : L’Essor