SENARE : «Cette semaine ne peut se dérouler sans les braves femme du Mali » dixit  Mamadou Diouarra, chef de cabinet du ministre de la réconciliation

Le 19 Septembre 2022, le Chef de Cabinet du Ministère de la Réconciliation, Mamadou Diouara, a présidé un cadre d’échange avec les cadres du Centre National de Documentation et d’Information sur la Femme et l’Enfant (CNDIFE) sur le thème de la semaine ‘’Faisons de la diversité un atout pour la cohésion sociale au Mali’’.

Compte tenu du rôle de la femme dans notre société, M. Mamadou Diouara a expliqué que cette semaine ne pouvait se dérouler sans les braves femmes du Mali. D’où ce cadre d’échange avec elles au CNDIFE. Selon le Chef de Cabinet, les femmes ont un rôle important à faire valoir dans le processus de la paix et la réconciliation nationale dans notre pays. Il a aussi félicité les  femmes qui jour et nuit œuvrent et se battent pour la paix.

Dans son intervention M. Sayon Doumbia, secrétaire Général du ministère de la promotion de femme, a rappelé que les cadres juridique et législatif sont favorables à l’implication des Femmes dans le processus de paix et de réconciliation.

« Notre pays a ratifié sans réserve la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), ainsi que le Protocole de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, relatif aux droits des femmes en Afrique (Protocole de Maputo). La constitution malienne de 1992 garantit l’égalité des droits à tous les citoyens sans distinction de sexe et le Mali a adopté sa Politique Nationale Genre en 2010. Enfin, une loi sur la promotion du genre garantissant un quota de 30 % de l’un ou l’autre les deux sexes dans les fonctions nominatives et électives a été votée en 2015 » a expliqué M. Doumbia, le Segal aux nombreuses femmes venus participé audit cadre d’échange.

Aux dires du Segal Doumbia, il faut reconnaître aussi que la population du Mali connaît une grande diversité sociale et ethnique, et la société malienne est fortement stratifiée et hiérarchisée en fonction de l’âge, du sexe, de l’origine ethnique et du contexte socio – économique. Toute chose qui facilite la réconciliation et la cohésion sociale. Ces qualités et ces dispositions socioculturelles et traditionnelles sont ancrées en la femme malienne qui en est la gardienne, a-t-il vanté la femme malienne.

Pour rappel, au nom de sa ministre il a souligné que ladite activité s’inscrit dans le cadre de la célébration de la Semaine Nationale de la Réconciliation.  Selon lui, cette activité 1ère de son genre donnera l’opportunité à trois générations à savoir les ainées, la génération intermédiaire et les plus jeunes d’échanger voir de partager leur vision, les enjeux, les goulots d’étranglements, les perspectives de solutions pour une paix durable.

Pour lui la semaine Nationale de la réconciliation vise à célébrer les idéaux du vivre ensemble et de la cohésion sociale à travers, des activités socio-éducatives , culturelles , artistiques , sportives et mémorielles; Sensibiliser les acteurs nationaux et internationaux sur le processus de la réconciliation de la paix dans notre pays.

Tout en précisant que lorsque les femmes participent aux processus de paix, la sécurité de tous et de toutes est accrue et la paix sera plus juste , plus inclusive et donc plus durable le Segal a terminé ses propos avant d’inviter la population à accompagner les plus hautes autorités du pays dans leur démarche de recherche de paix, de pardon et la réconciliation entre tous les maliens.

I. FOMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *