Mali : où en sommes-nous avec le retrait de la force Barkhane ?

Le processus de retrait de la Force Barkhane du Mali est, à ce jour effectif, à 15%, selon le chef de la Force française au Mali, le Général Etienne Du Peyroux. Il affirme que rien est encore fait quant au redéploiement de la force au Niger.

C’est la base de Gossi qui est actuellement concernée par le processus de désengagement, a indiqué le chef de l’opération Barkhane au Mali dans ue interview accordée à Studio Tamani. Le Général Étienne Du Peyroux explique que quelques matériels et d’autres éléments techniques ont déjà commencé à être retirés du camp. Il ajoute que ces opérations nécessitent des actions militaires sur le terrain. « Oui Barkhane continue d’opérer au Mali. On est en capacité de frapper les groupes terroristes quand on a l’opportunité», précise le chef de la Force française au Mali. Aussi poursuit-il, « dans le cadre de nos opérations de désengagement, nous avons aussi besoin d’assurer notre propre sécurité ».

« Barkhane peut intervenir au profit des FAMa à leur demande »

Le chef de l’opération Barkhane au Mali indique également que la coordination avec les forces armées maliennes se poursuit sous différentes formes. « On continue de se coordonner. On est en mesure d’intervenir au profit des FAMas s’ils nous le demandent. On s’arrange pour savoir ce que font les uns et les autres. On n’échange aussi des renseignements et on peut éventuellement être amené à procéder aux évacuations sanitaires si cela nous est demandé », explique le Général Du Peyroux. .

Le redéploiement au Niger n’est pas effectif

Concernant le redéploiement de la force Barkhane au Niger, le représentant de Barkhane au Mali estime que cette étape est soumise à la réflexion.
« On ne peut pas vraiment parler de redéploiement au Niger. On ne va pas replacer toutes ses capacités au Niger. On va réfléchir avec les Nigériens, les Burkinabès et même du G5 et en fonction de ce qu’ils souhaitent, on verra… », explique Étienne Du Peyroux.

Quant aux attaques qui se déroulent à la frontière Mali-Niger, le chef de Barkhane assure que les forces françaises n’entendent pas intervenir, sauf sur demande des autorités nigériennes. Il faut rappeler que la France a annoncé que le processus de retrait de ses forces du territoire malien prendra six mois. Alors que les autorités maliennes ont demandé un départ sans délai.

Contactée par la rédaction, la direction de l’information et des relations publiques de l’armée (Dirpa) n’a pas souhaité réagir sur le sujet.

Source : Studio Tamani