Mali : l’Assemblée générale des Peuples de l’Afrique de l’Ouest se tient du 23 au 26 février 2022 à Bamako

Bamako abrite du 23 au 26 février 2022, les travaux de l’Assemblée citoyenne des Peuples de l’Afrique de l’Ouest. Organisé par l’Union des jeunes pour la paix et la nation africaine (UJPNA), qui a pour slogan : ‘’Les Etats unis d’Afrique, un devoir de génération’’, cette initiative vise à créer un cadre de réflexion pour une plus grande implication de la société civile Ouest Africaine dans les efforts de gouvernance démocratique, de paix et de sécurité dans l’espace CEDEAO. Elle regroupera à Bamako plus de 150 participants ressortissants des différents pays de l’Afrique de l’Ouest, composés d’acteurs de la société civile, politiques, d’hommes de médias, etc.

Les enjeux de ce rendez-vous décisif pour le renouveau de la gouvernance dans l’espace CEDEAO était au cœur des échanges entre le président de l’UJPNA, Mahamadou DIOURA, et les hommes de médias au siège de l’organisation à Sébénikoro.

Selon ses initiateurs, cette rencontre qui arrive au lendemain des sanctions économiques et financière sévères et illégales infligées par les Chefs d’Etat de la CEDEAO au Mali, sera une occasion pour la jeunesse d’appeler à une Synergie d’action entre les forces vives des pays de l’espace CEDEAO pour un renouveau de la gouvernance basée sur des solutions endogènes aux défis de l’heure. En terme clair, il s’agit d’un nouveau départ pour les dirigeants et les Peuples de l’espace CEDEAO.

A l’entame de son propos, le conférencier a rappelé que la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest a été créé en 1975 à Lagos au Nigeria avec pour missions de coordonner les stratégies de développement dans les pays membres ; favoriser la libre circulation des biens et des personnes entre les pays membres ; éliminer progressivement les droits de douanes entre les pays membres.

Selon ses textes fondateurs, l’organisation sous-régionale ambitionnait aussi de construire les infrastructures régionales de transport et de communication pour permettre la libre circulation des personnes et des biens ; de doter la communauté d’une monnaie unique à long terme ; de promouvoir la coopération et le développement dans tous les domaines ; de créer une union économique et monétaire et promouvoir le secteur privé ;

Elaborer une politique économique commune et développer les communications ainsi que l’énergie et la recherche agro-industrielle.

De l’avis du conférencier, Mahamadou DIOUARA, chef de la Mission d’Appui à la Réconciliation Nationale (MARN), 47 ans après, les Etats membres de la CEDEAO vivent sous le poids de l’instabilité politique, des crises sécuritaires récurrentes et du sous-développement persistant.

Aussi, la libre circulation des personnes et des biens, la réduction des tracasseries douanières, la création d’une monnaie unique et l’adoption d’une politique économique commune demeurent un horizon de plus en plus lointain.

Cela pose la nécessité d’examiner la pratique de la gouvernance et de la démocratie en Afrique de l’Ouest en vue d’évaluer les acquis, les limites et envisager les perspectives dans un exercice de pleine citoyenneté active. Ceci, d’autant plus que la démocratie requiert que le citoyen assure en premier et dernier ressort l’exercice de veille citoyenne et le rôle de contributeur premier.

C’est pourquoi l’Union des Jeunes pour la Paix et la Nation Africaine « UJPNA », à travers la présente initiative, ambitionne de mobiliser les figures de proue de la société civile des différents Etats de l’Afrique de l’Ouest en vue de poser le cadre d’une réflexion permanente pour une action citoyenne au service de la qualité de la gouvernance démocratique dans l’espace Ouest Africain.

Cette rencontre de la jeunesse de la CEDEAO à Bamako vise à asseoir un débat de haut niveau sur la gouvernance et la démocratie dans l’espace Ouest Africain ; d’opérer une analyse stratégique sur les organes et instances dirigeants de la sous-région ; à construire une synergie entre les peuples de l’Afrique de l’Ouest à travers des leaders engagés des différents pays en vue d’assurer le devoir de veille citoyenne

Un nouveau modèle de gouvernance et de démocratie

L’Assemblée Citoyenne sur l’état et les perspectives de la démocratie et de la gouvernance dans l’espace Ouest Africain se veut un cadre d’échange, de partage et surtout de propositions pour la construction d’un modèle de gouvernance et de démocratie d’émanation endogène, plus cohérent et conforme aux réalités socio anthropologiques des Peuples Africains. Elle se tiendra à Bamako du 24 au 26 février 2022, sous forme de débat participatif, avec un modérateur qui sera chargé d’organiser les débats et de distribuer la parole.

Au cours des 4 jours de travail, 5 panels seront animés par des experts thématiques, notamment sur : «Principes, fondements et pratique de la démocratie en Afrique de l’Ouest» ; «Bilan et perspectives de la Gouvernance dans l’espace Ouest Africain » ; «Menaces et défis à la Paix et à la stabilité en Afrique de l’Ouest » ; «Problématique de souveraineté économique et monétaire dans l’espace Ouest Africain» ; «Une vision nouvelle de la gouvernance démocratique en Afrique».

L’Assemblée se tiendra sur 3 jours, elle réunira 150 participants ressortissants des différents pays de l’Afrique de composés des acteurs de la société civile, des acteurs politiques, des hommes de média, de la diaspora, des activistes, des universitaires, etc.

Après l’Adoption d’une déclaration, un meeting de clôture sera organisé avec la participation des artistes engagés. L’Assemblée Citoyenne sera assortie d’un manifeste « déclaration de Bamako », qui sera rendu public à l’occasion d’une conférence de presse et d’un meeting.

Abdoulaye OUATTARA / Afrikinfos-Mali

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *