Bamako: United for Mali sensibilise des jeunes sur le VIH/SIDA

Dans le cadre des activités de lutte contre le VIH/SIDA, United for Mali Anw bèe bè Mali fè a organisé une journée de sensibilisation à l’endroit des jeunes autour du thème : «Objectif 2030 : Le SIDA pourra-t-il être éliminé du Mali ». C’était le 18 Décembre 2021 au mémorial Modibo Keita.

Organisée par l’Association humanitaire United for Mali Anw bèe bè Mali fè en partenariat avec l’ONUSIDA, cette journée a été une occasion pour les acteurs engagés dans la lutte contre le VIH/SIDA de sensibiliser une centaine de jeunes à travers un panel d’experts et un concours de Slam. Aussi, des stands ont été installés dans l’enceinte du mémorial Modibo Keita pour des dépistages au SIDA sur place.

Dans son intervention, Ousmane Traoré, représentant du secrétaire exécutif du haut conseil national de lutte contre le VIH/SIDA, a souligné que pour éliminer le VIH/SIDA d’ici l’horizon 2030, l’ONUSIDA prône : zéro nouvelle infection au VIH ; zéro discrimination et zéro décès lié au SIDA. «La nouvelle stratégie mondiale de lutte contre le SIDA pour la période 2022-2026 est ainsi intitulée : ‘’Mettre fin aux inégalités. Mettre fin au SIDA’’. Cette nouvelle stratégie qui vient d’être adoptée à la récente session de haut niveau sur le SIDA, tenue à News York du 08 au 10 juin 2021, engage les pays à réaliser les objectifs ambitieux des 95-95-95 à l’horizon 2025 », ajoute-t-il.

Selon lui, cette nouvelle stratégie mondiale urge les pays à redoubler d’efforts pour atteindre ces objectifs fixés et mettre fin au SIDA d’ici 2030 comme mentionné dans les Objectifs du Développement Durable (ODD). «Afin de s’assurer que le Mali atteigne les objectifs fixés pour 2025, l’élaboration du cadre stratégique nationale de lutte contre le VIH/SIDA 2022-2026 se fera, pour la première fois, au niveau décentralisé et sera assorti d’une budgétisation en mode programme. Elle définira les orientations pour la réponse nationale au VIH/SIDA pour les cinq années à venir », précise-t-il.

Pour ne pas rester en marge des autres nations dans la lutte contre le VIH, avance-t-il, il est important que les actions de lutte contre le VIH soient bien coordonnées et qu’un accent particulier soit mis sur le dépistage et la prévention de l’infection. « L’avènement de l’ADVIH, le test d’auto dépistage VIH, peut booster le dépistage comme les données du projet ATLAS l’ont suggéré », souligne-t-il.

Quid de l’objectif 2030 ?

Dr. Bakary Konaté, Coordinateur adjoint de la cellule sectorielle du Ministère de la Santé estime que l’avènement de la COVID-19 a impacté négativement la fréquentation des structures de santé par les patients du VIH/SIDA. «Il y a eu un bouleversement et beaucoup de patients n’ont pas pu bénéficier de l’assistance médicale. Nous voulons diminuer en moitié les nouvelles infections, et favoriser l’accès aux soins. Le SIDA peut-être éliminé au Mali, mais avec le soutien de tout le monde », souligne-t-il, avant d’ajouter que plus de 1000 Centres de santé communautaires ; plus 80 Centres de santé de référence et des hôpitaux sont actuellement disponibles au Mali pour le dépistage au SIDA et la prise en charge des patients.

Dr. Bakary Konaté estime également qu’il faut encore de la communication et de la sensibilisation afin de faire en sorte que les services de santé soient accessibles aussi bien sur le plan géographique que financier. « C’est le seul moyen pour être au rendez-vous 2030 », ajoute-t-il.

Faire en sorte qu’aucun enfant ne naisse encore avec le VIH

Quant à Mme Haïdara Fatoumata Diarra, présidente du Conseil d’Administration du réseau malien des personnes vivant avec le VIH/SIDA, les gens commencent à croire à l’existence du SIDA. « Nous faisons tout pour qu’aucun enfant ne naisse encore avec le VIH. Les personnes vivant avec le VIH sont optimistes. Actuellement, plus de 58 mille patients sont sous traitement», lance-t-elle.

Pour Dr. Odé Kanku, directeur pays de Solidarité Thérapeutique et Initiatives pour la Santé (Solthis), le Mali est en train d’aller dans le bon sens. «C’est vrai qu’il y a une discrimination dans l’accès aux soins, mais nous continuons les sensibilisations », souligne-t-il, avant de témoigner : « A partir de 2014 le niveau d’infection a chuté de 40%. Cela montre que qu’on en train d’aller de l’avant et on ne doit pas surtout croiser les bras », souligne-t-il.

Dans une interview accordée à la presse, Nafissa Chouaïdou Traoré, présidente de l’Association humanitaire United For Mali- Anw bèe bè Mali fè, a rappelé que le but de cette journée de sensibilisation est de former et de sensibiliser le public sur l’importance du dépistage au VIH/SIDA. «Nous sommes dans une période de crise sanitaire mondiale, c’était important que les jeunes maliens de l’école publique soient sensibilisés, parce qu’à cause du Covid, il y a beaucoup de pandémie qui ont été insensibilisées. Il était important de leur rappeler qu’au Mali, il y a encore des personnes qui meurent du SIDA et il y a également des nouvelles infections. Aussi, c’était pour leur dire qu’il y a des moyens pour prévenir la maladie, mais aussi pour protéger les autres pour qu’ensemble qu’on puisse atteindre l’objectif 2030 qui est d’éliminer le SIDA du Mali », a-t-elle déclaré.

Il faut rappeler que United for Mali – Anw bèe bè Mali fè est une association humanitaire qui œuvre pour la cohésion sociale ; pour l’éveil des consciences et dans l’assistance humanitaire. Elle est basée à Bamako au Mali et intervient dans l’action sociale ; l’urgence et secourisme ; et l’action internationale décentralisée.

Ousmane BALLO / Afrikinfos-Mali