A quand l’opérationnalisation de la CVJR, s’interrogent des victimes ?

La conférence internationale sur la justice transitionnelle au Mali se tiendra du 16 au 17 mars prochain à Bamako. « La réparation, une voie vers la conciliation et la stabilité pour une paix durable », c’est le thème retenu par Commission Vérité Justice et Réconciliation pour cette rencontre. Plusieurs experts nationaux et internationaux sur la justice transitionnelle vont prendre part à cette conférence. Cependant, les victimes des différentes crises, affirment attendre l’opérationnalisation de la commission de réparation des victimes après cette rencontre.

Ils sont plus 20 mille personnes recensées par la Commission Vérité justice et Réconciliation. Il s’agit des victimes différentes crises que le pays a connu depuis 1960. Ainsi, cette conférence internationale sur la justice transitionnelle au Mali, qui se tient au cours de ce mois, devrait contribuer à accélérer le processus de réparations des victimes. Au cours de cette rencontre, plusieurs points seront évoqués précisent les organisateurs. « La commission fera des propositions de mesures de réparation. Par exemple, les différents préjudices, quelles peuvent être les indemnités à payer aux victimes. Il s’agit notamment des cas de perte de vie, de réadaptation physique ou psychologique. Il y a également des pertes économiques », précise Mamoutou Diabaté Commissaire à la CVJR et Coordinateur de la sous-commission des victimes réparations

Du côté des victimes, on estime que la CVJR a été un soulagement, car elles ont pu s’exprimer sur les vécus et leurs souffrances. Toutefois, elles demandent que la commission de réparation soit opérationnelle. Selon Saloum Traoré, victime et membre de la coordination nationale des associations des victimes, « près de vingt (20) mille victimes ont été déjà recensées et entendues. Le fait de les écouter est réconfortant ».

Selon la CVJR, plus de 60 milliards sont nécessaires, pour que les victimes des différentes crises soient mises dans leurs droits.

Source: Studio Tamani