Harouna Cissé, à la 4ème session ordinaire du CA de l’AER : « Les énergies renouvelables constituent aujourd’hui un des piliers du Développement Durable »

La quatrième (4e) session ordinaire du Conseil d’administration (CA) de l’Agence des Énergies Renouvelables (AER) a eu lieu ce  jeudi 09 avril 2020  au  CRES de Badalabougou. Elle était présidée par Harouna Cissé, Président du Conseil d’Administration (PCA) qui avait à ses côtés, le Directeur Général de l’Agence pour les Energies Renouvelables (AER), Souleymane Berthé.  A cette occasion, Harouna Cissé  a expliqué toute l’importance des Énergies Renouvelables dans un pays comme le Mali. 

Selon le PCA,  les énergies renouvelables, appelées encore énergies propres, constituent aujourd’hui un des piliers du développement Durable, grâce à son rôle d’atténuation des effets du changement climatique. Accompagné du Directeur Général de l’AER, Souleymane Berthe, le Président du Conseil d’Administration, a déploré le fait que la 4ème session s’est tenue à un moment particulier où le monde fait face à une crise sanitaire sans précédent, dû au virus COVID-19. Cette maladie,  dit-il, n’a épargné aucun pays y compris le Mali et a beaucoup ralenti  l’activité économique au plan mondial.

En entrant dans le vif du sujet, le PCA  a notifié l’importance des Énergies Renouvelables (ER) dans un pays comme le nôtre:《 je dirai que les énergies renouvelables, appelées encore les énergies propres, constituent aujourd’hui un des piliers du développement Durable, grâce à son rôle d’atténuation des effets du changement climatique. Dans ces dernières années, elle a mobilisé plus de financements et

Le Mali, explique-t-il,  à l’instar des autres pays, fonde beaucoup d’espoir sur les ER, d’où l’instruction du Président de la République, Son Excellence Ibrahim Boubacar KEITA, d’accélérer la transition énergétique du Mali  vers les énergies renouvelables. « Nous sommes conscients que la solution au problème énergétique du Mali, passe en partie par les énergies renouvelables dans un contexte de mix énergétique dont l’objectif fixé par la nouvelle stratégie en cours d’adoption, est de 25 %, hors grande hydro. Pour atteindre cet objectif ambitieux, notre pays a fait des efforts en créant un environnement propice pour les investisseurs par l’adoption d’un régime d’exonération des équipements d’énergies renouvelables. Pour que ces mesures puissent apporter l’effet escompté, seuls des équipements de qualité avérée doivent accéder à notre marché »,  estime le PCA.

Aux dires de monsieur Cissé, c”est justement pour cette même raison  que l’Agence s’est engagée à renforcer ses capacités dans le domaine du contrôle de qualité et labélisation en améliorant son plateau technique par l’acquisition de nouveaux équipements de laboratoire de test de qualité et d’efficacité énergétiques, grâce au partenariat de l’UEMOA et de l’Institut de la Francophonie pour le Développement Durable (IFDD). Aussi, l’AER-Mali est inscrite au Programme STAR-C de l’Alliance Solaire Internationale. Un programme qui consiste à équiper les agences choisies en matériels de test et d’analyse des composants de systèmes solaires photovoltaïques. Une fois réalisé, ce programme permettra à l’AER-Mali de se hisser au rang des Centres d’excellence de l’Alliance.

Ainsi au vu des attentes du Mali sur les ER, le président du Conseil d’administration estime que l’AER-Mali doit être dotée de moyens conséquents pour relever les défis qui sont les siens. «  En 2019, le total des dépenses exécutées sur le budget d’Etat est de 515 111 305 FCFA contre 515 729 000 FCFA de crédit notifié, soit un taux d’exécution de 99,88%. Malgré ce modeste budget, l’agence a pu faire des réalisations avec l’appui de ses partenaires – à savoir : Fonctionnement de l’agence; Construction de 3 centrales solaires photovoltaïques; la Préparation et  la signature de l’accord de financement avec le Fonds Vert pour le Climat et la BOAD pour le projet d’électrification rurale par énergie solaire photovoltaïque  de 50 localités pour la première phase »,  a ajouté  le PCA.

Cap sur les acquis!

Par ailleurs, Harouna Cissé  a mis l’accent sur les actions entreprises et  certains acquis de l’AER depuis un certain temps notamment,  la préparation et la signature de l’accord de financement avec le Fonds Vert pour le Climat et la BOAD pour le projet d’électrification rurale par énergie solaire photovoltaïque de 50 localités pour la première phase ; la Formations de 30 artisans dans la fabrication d’équipements solaires thermiques et l’installation des kits solaires photovoltaïques en partenariat avec l’UEMOA; la Participation à l’assemblée générale de l’Agence Internationale des Energies Renouvelables et la semaine de durabilité d’Abu-Dhabi, en janvier 2019 avec le Président de la république du Mali, Son Excellence Ibrahim Boubacar KEITA; la Participation à l’Assemblée Générale de l’Alliance Solaire Internationale en Inde en octobre 2019 ; Diffusion de plus de 300 lampadaires et 25 kits solaires pour l’électrification des infrastructures communautaires ; Installation d’un mât de mesures du vent à Botiguèkourou  dans la région de Kayes dont les résultats ont abouti à la mise en place d’un projet pilote de parc éolien de 150 MWc.

A cela, s’ajoute la suivie de l’étude des centrales solaires à vocation régionale au Mali d’une puissance de 150 à 300 MWc avec le WAAP (Système d’Echange Electrique ouest africain); Suivi des travaux de réalisation de la Centrale Solaire de 50 MWc à Kita ; Formation des chercheurs et ingénieurs de l’agence au logiciel MATLAB ; Tests de foyers améliorés pour le suivi de performance qui se poursuivent; Organisation des activités de la Semaine Malienne des ER qui a rassemblé plus de 500 participants (maliens et étrangers) et plus de 3 000 visiteurs avec des stands et 5 conférences thématiques qui ont été  animées par des experts et chercheurs en Energie Renouvelable.

Dans le cadre de la coopération, le président du PCA  de l’AER a expliqué que beaucoup d’activités ont été effectuées comme des études  d’électrification et d’adduction d’eau potable par systèmes solaires des villages de Kara et de Koniobla avec : la coopération chinoise; Installation des centrales solaires sur les toits des bâtiments de l’hôpital Gabriel TOURE et de l’université des Sciences Techniques et des Technologies de Bamako avec la coopération Lituanienne; Mise en place d’un projet de soutien aux opérateurs privés du sous-secteur des EnR à travers la coopération Suédoise à hauteur de 6 milliards de FCFA Sur le plan du renforcement de capacités: « Des agents ont suivi des formations en Inde, en Chine, en Egypte, au Burkina-Faso et au CAP Vert》 a-t-il conclu.

Amadou Kodio