Ousmane Sonko confirme la volonté du Sénégal de quitter le franc CFA

à la une Actualités économie En afrique Flash infos Infos en continus

Lors de la conférence tenue à Dakar en présence de Jean-Luc Mélenchon, le Premier ministre sénégalais Ousmane Sonko a réaffirmé la détermination du Sénégal à initier et promouvoir des réformes monétaires significatives en Afrique, avec une attention particulière sur le franc CFA.
Face au leader politique français, Ousmane Sonko a livré un discours passionné sur les défis économiques et sécuritaires du Sénégal et de l’Afrique. Il a insisté sur la nécessité de mobiliser les ressources internes pour transformer le pays, affirmant que « la jeunesse africaine attend beaucoup ». Selon Sonko, le véritable défi réside dans la mise en œuvre d’une politique monétaire efficace qui pourra catalyser les ambitions économiques du continent.

La Monnaie comme Levier de Souveraineté

Sonko a mis en avant l’importance de la monnaie comme levier économique et symbole de souveraineté nationale. Évoquant l’exemple du général de Gaulle, qui avait refusé l’imposition d’une monnaie étrangère en France, Sonko a souligné qu’ »aucun État digne de ce nom ne doit traiter sa monnaie ainsi ». Il a plaidé pour que les pays africains contrôlent leur propre monnaie pour assurer leur souveraineté économique.

Vers une Monnaie Flexible et Souveraine

Critiquant le système monétaire actuel qui limite l’activité économique interne des pays africains, Sonko a proposé de restituer à la monnaie ses fonctions de régulation et de financement de l’économie. Il a préconisé l’adoption d’une monnaie flexible, liée à au moins deux devises internationales, capable d’amortir les chocs économiques externes et de renforcer la compétitivité à l’exportation. « Nous ne pouvons plus continuer à nous endetter en devise étrangère », a-t-il déclaré, appelant à une réforme monétaire prudente mais déterminée.

Sécurité et Souveraineté Nationale


Sonko a également abordé la question de la présence de bases militaires étrangères au Sénégal, remettant en question la souveraineté nationale. Il a souligné que plus de 60 ans après les indépendances, la présence militaire étrangère doit être réévaluée. En citant le retrait de la France du commandement intégré de l’OTAN par de Gaulle, il a appelé à une réflexion sur la sécurité et l’autonomie nationales.
Enfin, Sonko a souligné la nécessité d’une mobilisation optimale des ressources endogènes du Sénégal. Il a critiqué les déséquilibres économiques où le pays perd beaucoup plus dans l’exploitation de ses ressources naturelles que ce qu’il reçoit en aide au développement. « Nous perdons dix à vingt fois plus que ce que nous recevons en aide, » a-t-il affirmé, appelant à une gestion plus équitable et souveraine des ressources nationales.

Source : Tout Africa

Last Updated on 18/05/2024 by Ousmane BALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *