Kamory Doumbia, sur la défaite contre la Côte d’Ivoire : « Ce jour-là, cette ambiance nous a perturbés… » 

à la une Actualités Au Mali Flash infos Infos en continus Sports

Nous avons fini avec la CAN 2023, jouée entre janvier et février 2024, mais les séquelles sont présentes chez certains acteurs en occurrence les Aigles du Mali. Presque deux mois et demi après la désillusion contre la Côte d’Ivoire, Kamory Doumbia est revenu sur la leçon qu’il a apprise de ce match et compte bien l’appliquer dans le futur.

« Une défaite difficile à digérer ». C’est par là qu’il commence son mea-culpa dans un entretien publié sur le site de la FIFA. L’on se rappelle encore, ce fut un match iconique qui va rester dans les annales de la compétition. Pour tous les amateurs du ballon rond, le duel des quarts de finale entre les Éléphants de la Côte d’Ivoire et les Aigles du Mali a été un match très intéressant avec d’incroyables phases de rebondissements. Considérée comme l’une des plus belles équipes lors de ce tournoi, les Aigles du Mali, menés par Eric Sékou Chelle, se sont sabordés toute seule contre le pays organisateur dans les dernières minutes de la rencontre alors qu’ils avaient tous les ingrédients pour passer. Titulaire durant cette rencontre, Kamory Doumbia (21 ans) n’a rien pu faire pour empêcher la débâcle de son équipe.

Cependant, près de trois mois après, il revient sur la rencontre. Si la défaite est douloureuse, Kamory Doumbia préfère être positif en tirant les leçons d’un tel naufrage. « Contre la Côte d’Ivoire, nous avons bien maîtrisé le match, mais pas jusqu’au bout, il faut le reconnaître. Le public a joué un grand rôle, ce jour-là, cette ambiance nous a perturbés et on a fini par craquer. La principale leçon que j’ai retenue est qu’un match, c’est 90 minutes plus le temps additionnel, ou 120 minutes plus le temps additionnel. Il faut rester concentré jusqu’au bout. Une chose est sûre : on ne retombera plus jamais dans ce piège », dit-il.

Les raisons du naufrage !

Néanmoins, Kamory Doumbia reconnaît que la pilule est difficile à avaler. « Cette défaite a été très difficile à digérer car nous avions d’autres objectifs pour cette CAN et nous ne les avons pas atteints… On était attendus par le peuple et les observateurs après ce qu’on avait montré pendant les éliminatoires. Malheureusement, de nombreux joueurs n’ont pas pu prendre part à cette compétition. Je pense à Abdoulaye Doucouré, El Bilal Touré ou encore Ibrahima Koné. Cependant, nous avons répondu présents, en phase de groupes et en huitièmes de finale face à une très belle équipe du Burkina Faso (2-1), », a-t-il d’abord avancé avant de souligner l’apport majeur du public. Selon l’international malien, ses coéquipiers et lui ont cédé à la pression du public, si bouillant lors de ce quart de finale. « Cette ambiance nous a perturbés et on a fini par craquer », a-t-il martelé.

Amadou Kodio

Source: Ziré

 

Last Updated on 18/04/2024 by Elalie Konaté