Mali : Festival Ogobagna : La culture au service de la paix et de l’unité nationale

Les masques dogons, les danses Bwa, voici revisité le passé de notre pays, afin de réintroduire la tradition dans le mode de fonctionnement actuel de notre pays. La cérémonie d’ouverture de la 9e édition du festival culturel Ogobagna, présidée par le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga, ce lundi 22 janvier 2024 à la place du Cinquantenaire, était riche en couleurs.

Cette initiative de l’association «Ginna Dogon» favorise le brassage culturel, a expliqué le président de l’association, Nouhoum Tapily. Après la communauté Kel Tamasheq lors de la dernière édition, la communauté «Bwa», invitée d’honneur cette année, a par la voix de son représentant, a rappelé toute la subtilité du vivre-ensemble malien. «Les Bwa et les Dogon, at-il ajouté, sont deux peuples frères du plateau et de la plaine».

« Gaana, Dolo po ! ». Le Premier ministre, par ces mots prononcés en dogon, a planté le décor de la rencontre. Pour soutenir le rôle fondamental et la valeur cardinale de la culture dans le développement, Dr Choguel Kokalla Maïga a salué la pertinence et l’originalité du thème retenu, à savoir « la contribution des institutions et mécanismes endogènes dans la refondation de la gouvernance publique au Mali». Un thème qui cadre parfaitement avec la vision du président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, en ce qui concerne la refondation comme réponse aux aspirations les plus profondes de notre peuple : la paix, l’unité nationale.

Plus qu’une manifestation culturelle et artistique, le festival Ogobagna est un puissant témoignage de l’unité du Mali dans la diversité et une belle preuve de la résistance. Ceci montre au monde que le Mali est un pays ouvert et qui ne cédera pas face aux chantages, aux intimidations et à l’obscurantisme qui menaçaient d’oblitération la paix, le vivre-ensemble, l’unité et l’intégrité du territoire national. .

En marge de la célébration, le chef du gouvernement a procédé à la remise du prix Ogobagna à l’archéologue néerlandais, Roger Degaux dont les recherches et les fouilles ont permis au début des années 60, de mettre au jour les sépultures de Telem dans les falaises dogon. C’est Samuel Sidibé, ancien directeur du Musée national qui a reçu au nom du récipiendaire, la récompense.

Les activités de la 9e édition du festival culturel Ogobagna se poursuivront jusqu’au dimanche 28 janvier 2024. Une semaine durant, les festivaliers, venus de partout, pourront se plonger dans la riche culture malienne, rehaussée par la valorisation du «Made in Mali» , à travers l’artisanat et le savoir-faire de toutes nos régions.

Source : Primature

*Le titre est de la Rédaction

  L’Essor

 

One Reply to “Mali : Festival Ogobagna : La culture au service de la paix et de l’unité nationale”

  1. Hello there, just turned into aware of your weblog thru Google, and found that it’s really informative. I?m going to watch out for brussels. I?ll appreciate if you proceed this in future. A lot of other folks shall be benefited out of your writing. Cheers!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *