Forum National des Droits Humains : Pour Zéro enfant victime d’instabilité au Mali

Le Président de la Commission National des Droits de l’Homme (CNDH) au Mali, Aguibou Bouaré, a procédé, le 30 septembre 2022 à Azalaï Hôtel, au lancement officiel de la première édition du Forum National des Droits Humains (FNDH), qui se tiendra du 8 au 10 décembre 2022 sur le thème : «Pour la prise en charge des enfants victimes de l’instabilité». En plus du président de la CNDH, on enregistrait la présence du président de la Coalition Malienne des Droits de l’Enfant (COMADE), Aboubacar Antoine ; du représentant résident de la Fondation Friedrich Naumann ; de Fatou Faye, Directrice de l’Agence de Communication Audacity ; et l’administrateur de l’Organisation internationale pour la Démocratie et la gestion des crises et des conflits (OIDC), Mahamadou Lamine Cissé.

Fatou Faye, Directrice de l’Agence de Communication Audacity, a, dans la présentation  succincte  du projet «Forum national des droits humains», indiqué que  ledit forum  est organisé  par  l’OIDC,  en partenariat  avec  la CNDH-Mali , la Fondation Friedrich Naumann, la COMADE  et autres  partenaires. Pour Fatou Faye, le  lancement  officiel  du projet permet  de s’assurer  de l’enrôlement de toutes  les parties prenantes sur les questions liées  aux droits humains au Mali et de s’assurer de la compréhension commune des termes de références. Selon elle, le forum est destiné à créer  une plateforme commune pour les experts des droits humains, afin de créer un cadre de partage des meilleures expériences de prise en charge des enfants victimes de l’instabilité sociopolitique et d’attirer l’attention sur les difficultés auxquelles ils sont confrontés en raison de ces instabilités. La question demeure, appuie Fatou Faye, une urgence humanitaire complexe en ce sens que les différentes  situations  se produisent en même temps et touchent les mêmes personnes. « Les personnes  victimes d’instabilité vivent au milieu des conflits ethniques et des attaques qui les obligent à se déplacer et parmi elles, les enfants constituent la couche la plus vulnérable. Il est alors très important d’apporter l’appui nécessaire à ces enfants à travers des actions concertées et intégrées. Et c’est  cela que la tenue dudit forum est pertinente », a déclaré Fatou Faye.

Pour le président de la CNDH, le FNDH se veut un cadre de rencontre, d’échange, de production intellectuelle et de partage d’expérience. Cet  engagement, insiste Aguibou Bouaré, ne doit pas être laissé à la charge de l’Etat seul, même si ce dernier est le principal débiteur. C’est la raison pour laquelle, dit-il, la CNDH soutient  l’institutionnalisation de cette initiative. « Celle-ci devant être pérennisée à la fois au niveau national et africain. Nous avons de belles raisons d’espérer que les objectifs nobles que se fixe  cette belle initiative seront  atteints, grâce  notamment à votre implication  active et au travail  difficile que vous menez déjà et que vous continuez  à mener », dit-il.  Pour Aguibou Bouaré, la vie n’a de sens que si l’avenir des enfants est garanti. Et leur avenir ne saurait être garanti, insiste-t-il, sans accorder une attention particulière  à leur situation, j’allais dire  leurs droits, et ce, en toute circonstance. « Nul ne se sauvera seul, et il n’est pas question pour ma part de se sauver sans les enfants, car la protection des droits de l’Homme et notamment ceux des enfants est une responsabilité partagée», a indiqué Aguibou Bouaré. Et  d’ajouter que la  présence de la CNDH désormais accréditée au « Statut A » à cette cérémonie témoigne de la nécessité d’une synergie d’actions entre les partenaires stratégiques assurant le lead de cet ambitieux projet. « Ce n’est qu’à ce prix que les instruments juridiques nationaux, régionaux et internationaux souscrits par notre pays, en toute souveraineté, engageront ce dernier à accorder un intérêt particulier au respect et à la protection des droits humains et particulièrement aux droits des personnes en situation de vulnérabilité », a-t-il dit.

Le président  de la COMADE, Aboubacar Antoine, s’est dit ému que la COMADE soit associée à cette activité  dont le thème  est évocateur et entre  en droite ligne des priorités de la COMADE. « Le sujet est important pour que l’enfant soit en sécurité dans son milieu. Ce sera un espace pour la COMADE  de jouer sa partition  pour trouver une solution à la situation des enfants victimes d’instabilité, pour qu’on ait zéro enfant victime d’instabilité au Mali », a formulé comme vœu, le président de la COMADE.

Hadama B. FOFANA

 Source : Le Républicain