Grippe aviaire : 312.000 volailles décimées pour empêcher la propagation

Le Mali fait de nouveau face à la grippe aviaire. La présence de la maladie a été confirmée par le laboratoire central vétérinaire, secteur de Kati. Il annonce que plus de 312000 volailles ont été décimées par mesures de précaution.

Ces volailles abattues proviennent des fermes avicoles infectées de Fanafiècoro, Diago et Diédougou Torodo. Le service vétérinaire de la ville souligne que les investigations ont commencé depuis le 13 mars dernier dans lesdites fermes sur interpellation des propriétaires.

La grippe Aviaire est une maladie de volaille. Selon les spécialistes sanitaires, elle peut être transmise aux humains. Face à cette nouvelle apparition de la maladie, la population se dit inquiète. Certains d’entre eux sensibilisent les autres en leur demandant « d’éviter de manger les poulets ». « Je suis de Kati, mais je ne suis pas au courant de cette information. Tout compte fait je n’aime pas le poulet », souligne une citoyenne de Kati. Elle assure qu’elle fera passer le message. Pour d’autres habitants de ladite localité, le gouvernement doit procéder au « contrôle » des lieux de vente des poulets pour les assainir.

« La situation est sous contrôle », rassurent des vétérinaires

Les investigations ont été menées par le service vétérinaire de Kati. Pour ses responsables, la situation nécessitait une prise de mesures rapides. « En tout cas on a remarqué des chats dans tout le bâtiment. Pourtant ils sont aussi des sources de contamination de la maladie », explique Mme Sountoura Fatoumata Diakité, chef secteur vétérinaire de Kati. « comme signe clinique, on a constaté des morts subites. On a aussi recueilli le témoignage d’une habitante de Kati », précise Mme Sountoura.

Pas de traitement adéquat !

Mme Sountoura Fatoumata Diakité indique qu’il n’y a pas de traitement adéquat pour la grippe aviaire. Selon elle « une fois la maladie enregistrée dans un poulailler en l’espace de trois jours toutes les volailles meurent ». Elle précise qu’« il n’existe pas encore de traitement adéquat pour la grippe aviaire ».

Dans une lettre circulaire de la préfecture de Kati l’entrée ou la sortie d’oiseaux domestiques dans les localités infectées ainsi que l’identification de toutes les exploitations détenant des volailles à l’intérieur de la zone sont interdites.

Source : Studio Tamani