Mali : le Mouvement Baguine-Sô recadre Tapital Pulaku sur ces certaines ‘’contrevérités’’

Les responsables du mouvement Baguine-Sô ont animé un point de presse ce 31 Mars 2022, pour attirer l’attention de l’opinion publique sur les agissements de certaines associations sur la crise au Centre du Mali. Parmi elles, Tapital Pulaku, une association peule se trouve en ligne de mire, dont des “contrevérités” émises par sa jeunesse ont été dénoncées au cours de cette rencontre avec la presse à la Bourse du Travail.

Les jeunes de l’association Tapital Pulaku ont animé une conférence de presse le 23 mars 2022, au cours de laquelle ils ont porté des accusations graves sur l’armée malienne, mais surtout sur la communauté dogon en occurrence les groupes d’autodéfense, particulièrement Dana Amassagou.

Ces accusations, dont les vidéos circulent encore sur les réseaux sociaux, concernent les massacres de Ogossagou et d’autres localités peules. Selon le président du mouvement Baguine-Sô, Hamidou Djimdé, la jeunesse de Tapital Pulaku a indexé sans preuve les groupes d’autodéfense en ces termes :« Des actions de représailles sont menées par des groupes d’autodéfense communautaire de Danan Amassagou possédant pour la plupart des armes de guerre et agissant en toute impunité à l’encontre des populations civiles. Ce qui ressort dans les conclusions de la Mission d’enquête spéciale de la MINUSMA sur les graves atteintes aux droits de l’homme commises à Ogossagou. »

Pour le Mouvement Baguine-Sô, la jeunesse de Tapital Pulaku a déformé les résultats d’une enquête qui est encore disponible partout sur l’internet. « Nulle part le terme groupe d’autodéfense communautaire de Danan Amassagou n’est cité dans ledit rapport. Vous pouvez vérifier. Nous ne pouvons en aucun cas accepter que des braves gens qui ont tout sacrifié pour défendre leurs territoires, défendre le Mali au prix de leurs vies, soient accusés sans preuve tout comme l’armée malienne est accusée par les mêmes personnes sans preuve », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le Mouvement Baguine-Sô a appelé Tapital Pulaku et toutes les autres organisations à aller dans le sens de l’apaisement d’un conflit qui n’a que trop fait de dégâts. « Nous demandons aux leaders peulhs, à commencer par l’Imam Mahmoud Dicko ; Hassan ; Aly Nouhoum Diallo ; Babaly Bah ; pour ne citer que ceux-là, à appeler leurs cadets à œuvrer pour la paix et non le contraire », a enfin plaidé le président Djimdé.

Pour sa part, Baguine-Sô réaffirme son soutien aux autorités actuelles grâce auxquelles l’armée malienne retrouve ces couleurs d’une armée forte, engagée et républicaine.

À titre de rappel, le Mouvement Baguine-Sô regroupe des associations et mouvements de Dogons installés au Mali et à la diaspora. Selon ses responsables, le mouvement a été créé pour combler le vide communicationnel qu’il y avait autours de la crise sécuritaire qui a frappé le Pays Dogon, mais surtout des ‘’allégations mensongères’’ de ceux-là qui nous importent cette crise sur notre armée nationale et sur nos combattants qui tenaient tête aux terroristes.

Amadou Kodio / Afrikinfos-Mali