Mise en œuvre des ANR et la loi électorale : la CEPE en conclave pour des sessions d’analyses

Dans le souci d’apporter une réflexion technique pour la mise en œuvre des recommandations des Assises nationales de Refondation et la loi électorale pour les prochaines élections générales en République du Mali, la Société civile réunie au sein de la Charte d’Engagement public pour l’Emergence (CEPE), a organisé les 28 et 29 mars 2022, deux sessions d’analyses. C’était à la Fédération malienne des Personnes vivant avec Handicap (FEMPAH).

Durant deux jours, la Charte d’Engagement public pour l’Emergence a fait des propositions visant à accélérer de façon technique la mise en œuvre des recommandations des Assises nationales de Refondation (ANR) tenues au mois de décembre 2021. Il s’agissait également pour la CEPE d’analyser et de faire des propositions sur la Loi électorale afin de permettre une participation inclusive à des élections libres, transparentes et démocratiques.

Pour la circonstance, Dr Abdoulaye Sall, président de CRI 2002 et coordinateur du programme la CEPE était accompagné à l’ouverture des deux sessions, des responsables des autres organisations de la société civile. Ensemble, ils entendent soumettre aux autorités de la transition, un document devant servir de contribution à la refondation du système démocratique du Mali.

Selon Dr Abdoulaye Sall, ce sont des sessions d’analyses qui seront élargies dans les jours à venir. « Vous savez tous que les ANR ont connu toutes les phases à savoir dans les communes, dans les cercles, dans les régions, mais aussi à Bamako. Cela peut-être considéré comme des dialogues civils à travers lesquels il y a eu beaucoup de propositions. Il est évident que toutes ces propositions ne peuvent être appliquées au même moment. Donc, il faut aller vers des dialogues techniques pour faciliter leurs mises en œuvre en dégageant des priorités », a-t-il expliqué.

Aussi, ces réflexions techniques concernent la révision de la loi électorale. « Il nous revient également en tant que membres de la société civile travaillant pour une participation éclairée des citoyens, quelles que soient leurs situations, aux processus et procédures des élections, de proposer, notamment les personnes vivant avec handicap, les jeunes, les femmes et des femmes déplacées. Donc, il est bien qu’après cet atelier, nous concertions nos bases pour ensemble contribuer aux débats par rapport à la révision de la loi électorale  qui se trouve au Conseil national de Transition », a-t-il ajouté.

Tour à tour, les autres représentants des différentes organisations ont exprimé leur satisfaction d’avoir eu l’occasion d’échanger autour des thématiques d’actualité et de faire des propositions pertinentes.

Amadou Kodio

Source: Ziré