Relecture de l’accord de défense entre le Mali et la France : Le CDM et FER-Mali battent le pavé

La Place de la Liberté a abrité le vendredi 16 juillet dernier, une marche pacifique organisé par les membres du Collectif pour la Défense des Militaires (CDM) et le Front pour l’Emergence et le Renouveau au Mali (FER-Mali). L’objectif était d’aller vers la relecture de la coopération militaire du Mali avec la France, qui selon eux : «est devenu un échec, et n’a apporté ni paix, ni sécurité, ni réconciliation».

C’était en présence des membres dudit collectif au sein du Conseil National de Transition (CNT), des associations, club de soutien et autres mouvements.

Au cours de cette marche de protestation contre l’accord de défense entre le Mali et la France, l’Honorable Mohamed Ousmane Ag Mohamed, Président du Mouvement pour la Restauration de la Dignité, de la Sauvegarde de la Nation Malienne (MRDSNM), non moins membre du CNT a déclaré que le refus du Président de la transition, Colonel Assimi Goïta par rapport à sa décision de réviser de l’Accord de coopération militaire avec la France, qui est devenu un échec, est une volonté du peuple malien.

Pour lui : «cet accord n’a apporté ni de paix, ni sécurité, ni réconciliation», avant d’ajouter que : « comme toute nation, le peuple du Mali a fait le choix de son intérêt vis-à-vis de cet accord, qui est sa révision, pour qu’il réponde désormais aux aspirations des populations, dont la plus grande est : «de faire arrêter l’écoulement du sang des maliens». Ceci permettra au Mali de discuter avec les partenaires qu’il voudra pour sa sécurité, afin de ne plus avoir des forces d’occupation sur son territoire.

Selon lui, aujourd’hui, la force Barkhane est devenue une force d’opposition entre l’Etat malien et sa population. Elle joue à la police et à la gendarmerie au sein de la population malienne au nord. Elle empêche l’armée malienne de s’organiser comme il le faut, à travers les groupes armés.

«Nous avons besoin d’être sur le territoire avec seulement les maliens au lieu de la force Barkhane et de la MINUSMA. Le problème du Mali c’est la France terroriste et djihadiste, qui est à la base de tous les maux dont notre pays vit. Il faut qu’on ait le courage de le dire, les groupes armés veulent du Mali, c’est pour cela qu’ils sont présents ici aujourd’hui avec le drapeau du Mali, en témoignage de l’unicité du Mali, du respect de l’intégrité et de la souveraineté. Les autorités françaises ne sont pas au Mali pour l’intérêt du Mali, mais plutôt pour l’intérêt de la France», a-t-il laissé entendre.

Pour lui, à la suite de la relecture, il faudra mettre en application : «la loi 04-051 portant organisation de la défense du territoire national, qui met une synergie militaire et civile pour que chaque malien soit gardien d’une partie du territoire national».

Pour M. Sory Ibrahim Traoré, ancien Chef de cabinet et responsable politique et associatif, et membre du FER-Mali cette activité patriotique est un lieu de manifester tout le soutien du peuple malien aux autorités de la transition.

Il a souligné qu’ : « il n’est caché à personne que cet accord de coopération militaire entre le Mali et la France n’a produit aucun résultat. Ainsi, après la notification par le Président Macron, à la fin du sommet du G5 Sahel, de modifier la participation et la présence française au Mali. En cohérence avec le Président Goïta qui a demandé la relecture de cedit accord, pour qu’il puisse permettre à l’armée malienne de se redéployer et de se renforcer afin d’opérer sur les théâtres d’opérations en toute dignité, responsabilité et indépendance ».

Parlant de l’accord d’Alger, il a réitéré le soutien aux autorités de la transition pour une mise en œuvre intelligente et une relecture, qui a aussi en son sein de bonnes choses, mais aussi de grands obstacles, et cela conformément aux recommandations du Dialogue National Inclusif (DNI) et de toutes les rencontres de concertations qui se sont tenues depuis le 18 août dernier à ce jour.Il dira que : « le peuple malien n’a d’autre choix que de se mettre ensemble pour libérer le pays, afin de protéger notre dignité et honneur, car pour un Mali nouveau, chacun compte ».

Il a appelé les maliens à un sursaut national, sans aucune considération partisane, en faisant fit aux divergences et s’approcher à l’essentiel qui est de sauver la patrieDans leur motion de soutien, Dr Aboubacar Sidik Fomba, membre du CNT a déclaré que : considérant les attitudes consentis par les forces armées et de sécurité sur les différents théâtres des opérations, à l’intérieur et à l’extérieur du Mali, en vue d’apporter la quiétude, la stabilité, la consolidation de la paix, la cohésion sociale, l’unité nationale, l’intégrité du territoire et la souveraineté militaire ; le CDM et le FER-Mali demandent de sortir massivement le 30 juillet prochain, que chacun dans sa localité, sorte pour soutenir la relecture du Traité de Coopération en matière de Défense entre le Mali et la France.

Nous apportons notre soutien indéfectible à nos valeureuses forces de défense et de sécurité, à la réussite de la transition, à la relecture de l’accord de défense, qui devient aujourd’hui : «un accord sous pression des populations du nord, de police et de gendarmerie française sur le territoire du Mali, qui oppose la population malienne à son armée», a-t-il conclu.

Aïssétou Cissé

Source: EchosMédias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *