Makan Fily Dabo ministre des infrastructures et des équipements : Un casting réussi de la Transition !

S’il y a un casting vraiment très bien réussi par la Transition, c’est la nomination de Makan Fily Dabo comme ministre des Infrastructures et des Transports, poste ô combien stratégique pour booster le développement économique du Mali. Entré à la Fonction publique en 1988, Makan Fily Dabo qui se prévaut de plusieurs formations dans divers domaines, est en terrain connu, pour avoir consacré une bonne partie de sa carrière à servir l’Etat, plus précisément dans le domaine des Infrastructures, Equipements et Transports. Ce n’est donc pas un hasard si les choses bougent dans ce département ministériel dont il est devenu, finalement, la mémoire vivante.

Année 2002, trois mois seulement après les élections ayant porté feu le président ATT au pouvoir ! Chargé d’effectuer un déplacement avec le ministre de l’Equipement et des Transports d’alors, Lancéni Balla Keïta, en visite d’inspection du chantier de construction de la route Bamako-Kourémalé pour rende plus fonctionnel le corridor Mali-Guinée, votre serviteur, qui travaillait pour un grand quotidien de la place, avait raté le voyage pour une raison très simple : l’heure du départ a été avancée, mais la communication n’avait pu être établie à temps avec lui.

Ce fut donc la déception, voire la frustration pour moi, alors que ma rédaction, qui avait déjà programmé cet élément, attendait le papier pour l’édition du lendemain. Mais je fus vite consolé par un chargé de mission trouvé sur place, Paul Ismaël Boro, qui m’introduisit rapidement auprès du secrétaire général qui n’était autre que Makan Fily Dabo.

Par l’accueil qu’il me réservait et son approche de la situation, je dus me calmer et avec tact il me fit comprendre que j’ai été doublé par un des doyens de la presse, lequel travaillait en free-lance avec notre journal. Ce dernier, chargé de m’informer du changement de programme, notamment pour l’heure du départ, ne s’était exécuté car il tenait à faire de ce reportage une exclusivité, malgré l’insistance du directeur de publication qui m’avait mis en mission.

Ce jour-là, j’ai été marqué par la courtoisie et la disponibilité de Makan Fily Dabo, à qui j’ai rendu plusieurs visites dans le cadre professionnel, notamment à l’occasion de visites de chantiers ou de couvertures d’événements.

C’est dire qu’il y a des rencontres qu’on n’oublie jamais, parce qu’elles restent profondément ancrées dans l’esprit, surtout qu’en intervenant dans d’autres départements ministériels, nous avions l’habitude de constater la différence, en étant en contact avec des secrétaires généraux très imbus de leur personnalité, parce que requinqués à bloc par la parcelle de pouvoir qu’ils détenaient.

Ce témoignage, votre serviteur ne pouvait le garder sous silence, pour prouver à quel point il appréciait, dès lors, l’attitude et la stature de celui qui est devenu aujourd’hui ministre des Infrastructures et des Transports, département où il a blanchi sous le harnais, en dépit des changements de dénominations, selon les gouvernements et les régimes successifs.

Diplômé de l’Université internationale d’Alexandrie en Egypte où il obtint, en 1994, un Diplôme d’étude professionnelle approfondie (DPA) 3ème cycle en gestion de l’environnement avec mention très bien. Alors qu’il était déjà fonctionnaire et pouvait s’attendre à un avenir radieux, Makan Fily Dabo ne s’en contentera point. Après  plusieurs  formations dans divers domaines : Communication, Management, Économie du développement, Gestion des projets, Gestion des ressources humaines, il sera affecté à la Cellule de planification du ministère du Développement Rural et de l’Environnement où il sera expert dans le cadre de l’élaboration de la stratégie de développement des régions du nord.

Conseiller Technique dans divers départements de 1997 en Janvier 2002, il semble signer un pacte avec le Mali, pour dédier sa vie professionnelle aux infrastructures, à l’Equipement et aux Transports du pays, en occupant plusieurs postes de responsabilité dans les départements ministériels dédiés à ces questions stratégiques de développement national.

Aujourd’hui ministre des Infrastructures et des Transports, c’est un sacre mérité et pour cette nomination. La Transition a très bien réussi le casting et au vu du rythme avec lequel les choses bougent actuellement dans ce département ministériel, ce n’est pas trop risqué de dire qu’il est en train de tenir le pari. Et puisque autant les insuffisances de responsables de la gestion des affaires publiques doivent être mises à nu, autant il faut dire bravo à ceux qui le méritent car reconnaître le mérite des autres n’ôte en rien la sincérité de soi.

Amadou Bamba NIANG

Source: Aujourd’hui-Mali