Mali : concertation autour du processus électoral

Une rencontre d’échange inaugurale sur les élections générales à venir, s’est tenue le 28 décembre 2020, en vidéoconférence, entre le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MATD) et les organisations de la société civile. Placée sous la houlette du Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, le Lieutenant-colonel Abdoulaye MAÏGA, la rencontre a réuni, le Président de la CENI, le Délégué Général aux Élections, ainsi que les représentants des associations et organisations de la société civile.

Cette rencontre s’est statuée sur les points suivants : La réorganisation territoriale; la conduite du processus électoral; la Cellule d’Appui au Processus Électoral de la Transition (CAPET) et les divers. A l’ouverture de la rencontre, le Lieutenant-colonel Abdoulaye MAÏGA s’est dit conscient du rôle que joue la société civile dans un processus électoral. « Nous sommes conscients du rôle joué par les associations et organisations de la société pour la mobilisation, l’éducation civique et électorale dans notre pays. A cet effet, nous souhaitons vivement votre accompagnement pour la mise en œuvre de la feuille de route de la transition et des recommandations pratiques issue du dialogue national inclusif du 14 au 22 décembre 2019. La confiance des Maliens à notre processus électoral est un socle garantissant l’inclusivité, l’exhaustivité et la qualité de la participation », souligne-t-il.

Il a aussi ajouté : « J’ai la certitude que les institutions en charge des élections, les partis politiques et les associations et organisations de la société civile, travailleront en synergie et de façon professionnelle à la crédibilisation du processus électoral et à l’accroissement du taux de participation de nos concitoyens aux prochaines joutes électorales.»

Ce que dit l’avant-projet sur le processus électoral

Un avant-projet des points inscrits à l’ordre du jour a été projetée par PowerPoint dans les différentes salles où se trouvaient les participants avant de lancer le débat.

En ce qui concerne la réorganisation territoriale, un état des lieux a été dressé ainsi que les actions à réaliser. Pour les actions à réaliser, l’avant-projet a retenu que, l’objectif recherché durant la phase de la transition est d’aboutir à l’achèvement de la réorganisation territoriale des régions de Nioro, Kita, Dioula, Nara, Bougouni, Koutiala, San, Douentza, Bandiagara à travers la création des circonscriptions administratives et des collectivités territoriales. A ce niveau, il y’a lieu de créer les circonscriptions composées de communes existantes afin d’éviter le risque d’enlisement du processus.

L’avant-projet a aussi rappelé la nomination des gouverneurs dans les nouvelles régions.

S’agissant de la conduite du processus, l’on note la préparation des différents scrutins à venir, sur le plan administratif, législatif et règlementaire et des appuis attendus. Il s’agit d’organiser 6 scrutins au suffrage universel, à savoir : le référendum constitutionnel prévu au deuxième trimestre de 2021 ;l’élection du Président de la République qui sera organisée courant 1ertrimètre 2022 ; l’élection des Députés : 1ertrimestre 2022 ; l’élection des conseillers des collectivités : 4èmetrimestre 2021  et celle des Conseillers nationaux (HCC) ou des sénateurs en fonction de la nouvelle constitution.

Pour relever ce défi,leministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisationsollicite les partis politiques à contribuer à la mobilisation sociale autour du processus pour relever le taux de participation afin d’accroître la légitimité des institutions.

Selon l’avant-projet, la Cellule d’Appui au Processus Électoral de la Transitiona pour missions d’appuyer le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation dans la détermination et l’opérationnalisation des circonscriptions électorales au terme de la réorganisation administrative ; de contribuer à la relecture de la loi électorale et de la loi organique ; de contribuer à la mobilisation des acteurs politiques et de la société civile autour du processus électoral…

Toutefois, elle sera composée de quatre unités. Il s’agit de : Unité opérationnalisation des circonscriptions ; Unité réformes électorales ; Unité préparation technique et matérielle des opérations référendaires et électorales ; Unité communication.

Réactions des participants

Si tous les participants ont salué cette initiative de dialogue, de concertation et d’implication de la société civile dans les processus électoraux, beaucoup sont restés sur leurs faims, en ce qui concerne la création d’un Organe Unique de Gestion des Elections, comme demandé par le Dialogue National Inclusif du 14 au 22 décembre 2019 au Mali.

Au lieu d’une Cellule d’Appui au Processus Électoral de la Transition, comme voulu par le gouvernement, les participants ont émis le vœu de voir se mettre en place cet Organe Unique de Gestion des Elections.

Pépin Narcisse LOTI / Afrikinfos-Mali

 Sékou Coulibaly, représentant du Collectif des Régions Non Opérationnelles

Au sortir de cette rencontre, nous avons recueilli le point de vue de M. Sékou Coulibaly, représentant du Collectif des Régions Non Opérationnelles. Il nous livre ses impressions.

 Je remercie d’abord le gouvernement de transition pour cette concertation, au nom de l’ensemble des populations des nouvelles régions et des différents chefs de quartier et chefs de village qui se sont battus avec nous pour l’opérationnalisation de nos différentes régions.

Ma première impression, c’est par rapport au nouveau découpage territorial que le gouvernement vient de nous proposer. Les populations de ces nouvelles régions s’attendaient aux résultats de ce qu’elles ont fait depuis 2018. Et s’il y’a une modification à ce niveau, il risque de poser un problème au niveau de ces populations qui ne s’attendaient pas à de telles modifications.

Mais, nous proposons au Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, d’impliquer le Collectif des Régions non Opérationnelles dans ce projet de découpage territorial. Parce qu’il est la structure la mieux indiquée pour l’accompagner, par des propositions concrètes et la sensibilisation.

Deuxièmement, à propos des élections à venir, nous, Collectif des Régions non Opérationnelles, nous proposons au gouvernement de faire des élections couplées (présidentielles et législatives) au même moment, afin d’empêcher un seul parti politique d’avoir la main mise sur tout le pays.

Pour le reste, nous demandons au Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation de multiplier ces rencontres afin d’apaiser la tension des Maliens en écoutant le « bas-peuple ».

Je vous remercie.

Propos recueillis par Pépin Narcisse LOTI / Afrikinfos-Mali