Enlèvements et tueries au centre : les populations dans l’impasse, les colonels se défilent

Cela fait exactement une semaine que des personnes (chefs de famille pour la plupart) ont été enlevées par des hommes armés à Bamba dans le cercle de Koro. Aussi, dans le cercle de Niono, trois paysans ont-ils été tués aux environs du village de Goma-Coura le dimanche dernier, 06 décembre 2020. Au même moment à Bamako, les colonels se défilent et se piétinent pour des postes.

L’insécurité est devenue le quotidien des Maliens. Du mois de novembre à nos jours, le pays a enregistré des dizaines de morts et plusieurs blessés. Aussi, beaucoup d’enlèvements ont été signalés particulièrement au centre du pays, suite à des attaques menées par des hommes armés non identifiés.

Le mercredi 02 décembre 2020, huit (08) personnes dont un imam et son fils ont été enlevés par des groupes armés terroristes dans la commune de Bamba, cercle de Koro, région de Mopti. Ils sont tous issus du même village de Bamba Kuanga. Déjà plus d’une semaine, personne n’a encore les nouvelles de ces huit personnes tous hommes dont la plupart sont des chefs de famille.

Selon certains médias, avant l’enlèvement de ces personnes, des sources avaient signalé un regroupement de plus de 500 terroristes dans la zone, précisément dans les environs du hameau de Bankouma. Malgré cette alerte, le pire n’a pas pu être évité. C’est une situation inadmissible devant laquelle les populations se sentent abandonnées par les nouvelles autorités.

Malgré la gravité de la situation, ces autorités semblent avoir la tête ailleurs. Pendant que toute une communauté se trouve complètement séquestrée, les forces armées et de Sécurité se battent à Bamako pour des postes. Depuis des semaines, des attaques similaires font des victimes parmi lesquelles des femmes et des enfants. Au mois d’octobre, une attaque entre Bandiagara et Bankass a fait douze morts, des blessés et des portés disparus. Parmi les victimes, il y a des forains, dont deux femmes et un enfant.

Aussi, le camp de Sokoura a été attaqué, comme dernièrement le village Minimakanda. S’ajoutent les tueries perpétrées contre les forains de Farabougou dans le cercle de Niono, avec plusieurs victimes et de nombreux disparus. Le dimanche dernier, 06 décembre 2020, trois  paysans tués dans la zone de Goma-Coura toujours dans le cercle de Niono, région de Ségou.

Malgré la situation très préoccupante, les populations concernées ne sentent pas du tout les autorités qui, d’ailleurs, se déplacent rarement sur les lieux pour constater les faits. Grave, des mesures urgentes tardent à être prises pour sécuriser les populations. Au même moment, les attaques se multiplient toujours avec leurs corollaires de dégâts matériels et de pertes en vies humaines.

En attendant de trouver une solution adéquate et pérenne, les groupes d’autodéfense multiplient les investigations. Quant aux parents et proches des disparus et autres victimes, ils sont toujours sous le choc.

Amadou Kodio

Source : Ziré