Le Découpage territorial ou l’autre camouflet latent pour le PM

à la une Accueil Actualités Au Mali Flash infos Infos en continus Politique

Le document, selon plusieurs sources, se trouve sur la table du CNT où la procédure législative n’attend plus que la convocation d’une session extraordinaire qui ne saurait tarder. Et pour cause : le temps presse et il faut montrer patte blanche dans la volonté de respecter le calendrier électoral qui engage les autorités auprès de la communauté internationale et des instances sous-régionales.  Sauf que l’examen de la loi afférente au nouveau découpage administratif intervient dans la foulée du retour du Premier ministre d’un long alitement, lui qui avait fait de la question son cheval de bataille parmi tant d’autres aspects au nom desquels une relecture de l’Accord est réclamée à cor et à cri par la Primature. En effet, le découpage, dans son schéma connu et promis aux parties signataires, en tout cas, pour le PM comme pour nombre de ses partisans, est porteur de déséquilibres et d’iniquités inadmissibles, tant la répartition des représentativités électives s’effectue aux dépens des communautés majoritaires du septentrion. Et Choguel Maìga en a fait un singulier point d’honneur et même un filon de conquête de l’opinion avec le célèbre vocable «relecture intelligente de l’Accord». Mais tout porte à croire que la relecture, à défaut d’appartenir aux calendes désormais, ne s’étendra pas au découpage administratif tant décrié par le chef du Gouvernement de la rectification, qui a tant attisé les espoirs de redressement de l’injustice infligée à sa communauté. En définitive, le dossier du découpage administratif sonne comme un remake de cet autre gênant épisode, en l’occurrence la bourrasque de la Loi électorale a laquelle Choguel Maìga n’avait résisté à la Primature qu’au prix de compromissions sur la dignité de sa fonction.

Source: Le Témoin

Last Updated on 01/02/2023 by Ousmane BALLO