Ordonnance AMO : « la procédure d’acquisition a changé »

Il n’y a pas un manque d’ordonnancier AMO (assurance maladie obligatoire), contrairement aux rumeurs qui circulent. « La caisse nationale d’assurance Maladie CANAM est bien fournie en fiche de prescription », affirment ses responsables. Ils précisent que c’est la procédure d’acquisition qui a changé.

Pour avoir des ordonnances AMO, la demande n’est plus verbale, elle est maintenant écrite et doit porter la signature du Directeur général de la structure. Cela est valable pour les centres de santé publique, comme privée de Bamako ou des autres localités du pays.

« Ici il n’y a pas de rupture. On a les feuilles de soins en quantité. C’est la période de pic, donc les fiches sont assez sollicitées et demandées », affirme Dr Mamady Diawara, Directeur chargé d’organisation et de contrôle de la qualité des soins à la CANAM, caisse nationale d’assurance maladie. Il précise que, maintenant, « les structures doivent faire une demande, et la CANAM fait un bordereau pour qu’elles récupèrent les feuilles de soins ».

Dans les régions, surtout celles difficiles d’accès, une autre procédure est adoptée. « Dans la demande des structures, chaque fin du mois, il y a les partenaires avec qui on a un contrat qui viennent récupérer ces fiches pour les acheminer de Kayes à Koulikoro, Gao, Tombouctou en passant par Ségou, Sikasso », selon Dr Mamady Diawara, Directeur chargé d’organisation et de contrôle de la qualité des soins à la CANAM.

Aujourd’hui 63 structures sanitaires de la capitale ont récupéré leurs fiches de soins au seins de la Canam. Les régions de Kayes, Sikasso, et Koulikoro ont aussi été livrées par les partenaires.

Source : Studio Tamani