Diallassagou, Dianweli et Deguessagou : le choc… !

Les terroristes viennent encore de frapper au centre du pays. Trois villages dans le cercle de Bankass (Diallassagou, Dianweli et Deguessagou), simultanément attaqués le weekend dernier, a fait, selon le bilan officiel, 132 morts. Une autre atrocité qui vient endeuiller la nation toute entière et plus particulièrement le pays dogon, l’épicentre des attaques meurtrières, depuis bientôt une décennie.

Des personnes ligotées et d’autres criblées de balles ; des maisons entièrement démolies et incendiées ; des biens saccagés ou emportés… Voilà la scène d’horreur racontée par des proches des victimes. C’est la triste réalité du massacre qui s’est produit dans le cercle de Bankass dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 juin 2022.

Venus à bord de plusieurs dizaines de motos, des hommes armés appartenant à la Katiba du Macina de Amadou Kouffa ont attaqué les villages de Diallassagou, Dianweli, Deguessagou dans le cercle de Bankass, région de Mopti, laissant derrière eux une scène de désolation.

Selon des sources locales, les assaillants ont d’abord commencé à piller les trois villages avant de mettre le feu sur le peu qui restait. Il s’agit, entre autres, des boutiques, des maisons et autres matériels de valeur. Le bilan officiel fait état de 132 civils tués et plusieurs dégâts matériels. « Le Gouvernement de la République du Mali a le profond regret d’informer que les paisibles populations des villages de Diallassagou, Dianweli, Deguessagou et environs dans le Cercle de Bankass ont fait l’objet d’attaques terroristes lâches et barbares, dans la nuit du 18 au 19 juin 2022. Le bilan cumulé fait état de 132 civils froidement tués par les combattants de la Katiba du Macina de Amadou Kouffa dont plusieurs, parmi les auteurs, ont été formellement identifié », a déclaré le gouvernement dans un communiqué publié le 20 juin 2022. Aussi, le président de la Transition, le Colonel Assimi Goïta, a décrété un deuil national de trois jours à compter du 21 juin 2002 à zéro heure en hommage aux victimes.

Selon des sources locales, plusieurs dizaines de civils ont été également enlevés dont le chef de village de Diallassagou. La plupart d’eux seraient aussi exécutés par les assaillants. Puisque, selon les mêmes sources, des corps sans vie des personnes enlevées ont été retrouvés peu après à quelques kilomètres du village de Diallassagou.

Pour l’heure, les rescapés et les populations des localités voisines, toujours sous le choc, vivent avec la peur au ventre.

Amadou Kodio

Source : Ziré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *