Sokolo, Diabaly, Dogofry : des terroristes télépathiques !

Si vous demandez souvent à un habit de Sokolo, de Diabaly ou de Dogofry dans le cercle de Niono, région de Ségou, à savoir si les terroristes sont encore présents dans sa zone, il vous répond avec humour : « Ils vont partir où ? »

Selon un ressortissant de Sokolo que nous avons rencontré à Bamako, les terroristes sont bel et bien présents dans les zones de Sokolo, Diabaly et Dogofri. « Les populations de ces différentes localités sont aux courant de cette présence massive des terroristes. Il ne se passe pas une journée sans que nous les voyons passer », a-t-il témoigné sous anonymat.

Selon lui, ces terroristes ne touchent plus aux autochtones. « Ils ne veulent pas voir l’armée malienne ; les forces étrangères, ainsi que toute autre personne étrangère des déférentes villes ». A la question de savoir comment ces terroristes arrivent à distinguer les autochtones des étrangers, il répond : « Ils ont des complices dans chaque ville qui leur filent ces informations. »

La question ‘’Qui sont ces complices ?’’ est restée sans réponse. « Ecoutez, même si je les connaissais, je ne pourrais pas les dénoncer ni à vous, ni à l’armée. C’est parce que nous sommes à Bamako que j’ai accepté d’échanger avec vous sur cette question de terrorisme. A Sokolo, Diabaly ou Dogofry, on ne connait pas le mot terroriste ; on ne le prononce pas du tout en lieu public ; on n’en discute pas non plus. Parce que si vous osez parler d’eux, à la minute, ils (terroristes) vont venir vous chercher et vous avez la chance s’ils vous frappent seulement, sinon vous pouvez même ne plus revenir en famille. La seule chose que je vais vous dire, c’est que par hasard si quelqu’un vous dit que les terroristes ont quitté Sokolo, Diabaly ou Dogofry, ne l’écoutez pas du tout. Parce qu’il n’aura raconté que des bobards. Sinon, les terroristes sont là et cela est une réalité connue de tous dans la majeure partie du cercle de Niono », a-t-il ajouté avec un peu de nervosité mêlée à la déception.

Ousmane BALLO

Source : Ziré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *