Soutien au développement local : Karan dit merci à Mamadou Naman

Création d’emplois, accès à l’eau potable et à une alimentation de qualité pour les populations de la Commune urbaine de Karan, voire tout le Mandé, à travers l’installation d’une unité de fabrication de l’eau potable et l’ouverture d’une boulangerie, ces actions font de Mamadou Naman Kéita (affectueusement appelé Madou Naman) une fierté des siens. Le 27 février 2021, il a été accueilli comme un héros à Karan ville à l’occasion de la finale de la première édition de sa Coupe de football.

Une journée pas comme les autres. Les représentants des plus de soixante campements que compte la Commune urbaine de Karan étaient au rendez-vous. Jeunes,  femmes et vieux, tout le monde était mobilisé pour accueillir le  fils du terroir, Mamadou  Naman  Kéita. Pour la  circonstance, les sites d’orpaillage ont été fermés pendant toute la journée.

C’est au pied-à-terre  de son grand frère défunt,  Djibril  Naman Kéita, ancien maire de la commune, qu’il a été accueilli aux environs de 11 heures 30 minutes dans  la plus grande joie. Amis, parents, collaborateurs et anciens collaborateurs venus de Bamako comme de l’intérieur du Mandé, étaient tous là pour lui exprimer leur reconnaissance et leur soutien.

« Djibril Naman est davantage fier de son jeune frère »

Après un tête-à-tête et des salutations d’usage, Mamadou Naman Kéita part à la rencontre des notables de la ville avec qui il a longuement échangé. Madou  Diakina Kéita, conseiller du chef du village, témoigne : «Après  le  décès de son grand frère, Djibril Naman Kéita, qui a tout donné à Karan et à tout le Mandé, son jeune frère Madou (Mamadou Naman Kéita) a multiplié ses actions pour éviter aux populations de sentir l’absence de son frère. Regardez la mobilisation et la joie des populations, c’est comme si Djibril était parmi nous aujourd’hui. Je sais que Djibril même est davantage fier de son jeune frère actuellement. Pour ma part, je dit merci à Madou Naman…»

Selon Salif Dabo, un habitant de Karan, cette compétition organisée par l’ancien directeur national des Routes, Mamadou Naman Kéita, est une bonne initiative pour tout le Mandé. Interrogé sur ses bonnes actions pour le développement de sa localité, Salif Dabo répond : «Écoutez,  on ne peut pas finir de citer les bienfaits de Madou Naman  pour la Commune urbaine de Karan. C’est quelqu’un qui s’est donné corps et âme pour le développement de toute la commune, tout le Mandé et tout le Mali. Vous l’avez aussi certainement connu à Bamako. Donc, cette compétition n’est qu’une infime partie de ses bonnes actions pour les populations du Mandé. Je le salue et lui dis sincèrement merci pour tout ce qu’il fait pour sa commune et pour son pays », a-t-il souligné.

Une fête au village ! 

Sur le terrain du football bien aménagé pour la circonstance, tous les ingrédients étaient réunis pour faire de cette finale une véritable fête au village. Ainsi, les dozos ont tout de même bien exhibé des pas de dense sous les coups de tirs de fusils traditionnels et au rythme du N’goni avec des chants glorieux dédiés aux guerriers du Mandé. Aussi, Kannibalen Kouyaté, dans une intermède musicale, n’a pas tardé à rappeler au public les bienfaits du défunt maire Djibril Naman Kéita et à remercier le jeune frère  pour tout ce qu’il est en train de faire pour Karan.

Des hommages bien mérités pour Djibril  Naman

Visiblement, Karan est loin d’oublier son fils, Djibril Naman Kéita. Sur le terrain, un poster de l’homme est passé tout le match durant entre les mains des jeunes gens. Dans ses mots de bienvenue, l’actuel maire de la Commune urbaine de Karan, Fadima Kéita (premier adjoint au maire Djibril Naman Kéita de son vivant) déclare avec émotion en pointant le doigt au poster de feu Djibril Naman Kéita: « Je parle au nom de mon maire, le maire de toute la Commune de Karan. Je veut parler de Djibril Naman Kéita qui est là derrière moi.» En plus de ces vibrants témoignages, une minute de silence a été également observée en sa mémoire.

Quatre distinctions à la fois

Devant les invités, l’ancien directeur national des Routes, Mamadou Naman Kéita, a reçu quatre distinctions à la fois de la Coordination des jeunes du Mandé. Il s’agit d’un macaron, une médaille et deux tableaux de reconnaissance pour le travail qu’il a déjà abattu pour le Mandé et pour tout le Mali.

Prenant la parole, Mamadou Naman Kéita s’est dit satisfait et fier de toutes les populations de la Commune urbaine Karan. « Rien ne nous empêchera d’entreprendre de bonnes actions pouvant garantir le Mali nouveau tant souhaité aujourd’hui », a-t-il souligné.

Le Tout-puissant  de Faragué remporte le trophée de la première édition

La finale de cette première édition de la Coupe Mamadou Naman Kéita dans la Commune urbaine de Karan a opposé une équipe de Karan ville (Donba B) à celle du village de Faragué(Tout-puissant). Le coup d’envoi de la rencontre a été donné  à  16 heures  50 minutes. Tout de suite,  le Tout-puissant  de Faragué domine la partie et fait souffrir Donba B devant son public. Jusqu’à  la  fin de la première  période,  les  attaquants du Tout-puissant, malgré leur technicité et leur vivacité,  n’ont pu voir le fond du filet de leur adversaire. Et cela, parfois, grâce à la vigilance du portier de Donba B.

A la seconde période, les deux  équipes  font un jeu un peu équilibré avec des occasions nettes des deux côtés. C’est à peu près à 15 minutes de la fin du match que le Tout-puissant inscrit son premier but. Le score reste ainsi jusqu’à la fin de la rencontre. L’équipe du village de Faragué remporte donc le trophée et cent mille Francs CFA (100.000F CFA), Donba B, soixante quinze mille (75.000 FCFA), cinquante mille (50.000 F CFA) pour l’équipe classée troisième et celle du fairplay a gagné vingt-cinq mille (25. 000 F CFA).

Selon Fadima Kéita, maire de la Commune urbaine de Karan, cette compétition témoigne de la cohésion  sociale dans  le  Mandé. «Cette  compétition,  se veut un espace de regroupement », a-t-il souligné, avant d’ajouter : «Le grand frère (Djibril Naman Kéita) a aimé le Mandé, ainsi que le Mali et son jeune frère , Madou  Naman, est en train de suivre ses traces. Donc, je lui dis merci. »

Noumori Alpha  Traoré, au nom de la commission d’organisation, a salué les habitants de tous les  villages de la Commune urbaine de Karan pour leur accompagnement pour la réussite de cette première édition. « Quand on est allé voir Madou Naman pour organiser cette coupe, il n’a pas posé de problème. Il a tout simplement  dit qu’il est partant pour tout ce qui entre dans le cadre de l’entente, de la cohésion et du développement»,a-t-il témoigné.

Ousmane BALLO

Source : Ziré