Lait et viande de dromadaire : Des vertus et beaucoup de vitamines

à la une Actualités Au Mali Flash infos Infos en continus Société

Le dromadaire est un mammifère domestique du genre camelus. Il a seulement une bosse. Selon les statistiques de 2015 de la direction nationale des productions et industries animales (DNPIA), notre pays compte environ 1,2 million têtes de dromadaires. Le Dr Mohomodou Moussa a soutenu sa thèse de doctorat sur l’évaluation de la production et de la productivité du dromadaire en zone subhumide et sahélienne. «En fonction des localités, notre pays possède plusieurs espèces de dromadaires : le dromadaire de Tamasna, de Dossahak, du Sahel, de Berebiche, de l’Adrar des Ifogas et le dromadaire de Timitrine de Gao», précise-t-il.

Directeur régional du Centre de recherche agronomique et représentant de l’Institut d’économie rurale (IER), Dr Mohomodou Moussa assure qu’il n’existe pas de chameaux au Mali, mais plutôt des dromadaires dont le nom scientifique est «camelus dromaderus». Le dromadaire est très utile, souligne-t-il. Son utilité ne se limite pas seulement au transport des bagages. «Ce que beaucoup de gens ignorent, c’est que le lait et la viande du dromadaire ont des vertus et sont très riches vitamines A et C», révèle le directeur régional du Centre de recherche agronomique de Gao.

Selon Dr Mohomodou Moussa, le lait du dromadaire contient du cholestérol digestif qui n’a pas d’inconvénient sur la santé. «Le lait du dromadaire est très digestif, il contient beaucoup d’insuline et peut aider à traiter le diabète. Un litre de lait du dromadaire peut contenir jusqu’à 5,8 unités d’insuline», indique-t-il. Ce n’est pas tout, notre interlocuteur assure que le lait du dromadaire «est également très efficace dans le traitement des maladies métaboliques notamment l’hypertension artérielle et peut être utilisé dans le traitement de l’arthrose».

VERTUS THÉRAPEUTIQUES– Selon Dr Mohomodou Moussa, la direction régionale du Centre de recherche agronomique a déjà lancé des projets de recherche pour la production des fromages et des yaourts à base du lait de dromadaire mélangé avec de la papaye. La structure a également initié l’élevage des dromadaires au centre à l’IER de Bamako et Niono. Le président de la coopérative des éleveurs des dromadaires du Sahel de Gao, Mohamed Ag Hamati, indique que la coopérative est constituée de 80 éleveurs. Elle regroupe des hommes et des femmes et dispose d’un point de vente de lait qui peut collecter 20 litres de lait par jour.

La vente du lait de dromadaire est lente, parce que les populations de Gao ne sont pas friandes de ce lait. Ce sont surtout les nomades qui consomment le lait de cet animal. Ils achètent un à trois litres chaque semaine à raison de 1.500 Fcfa le litre. Le problème principal de la coopérative, explique Mohamed Ag Hamati, c’est le manque de vétérinaires et le fait que l’animal ne peut pas être élevé en ville.

Le directeur général de l’hôpital de Gao, Dr Youssouf Touré témoigne que pendant son enfance ses parents lui donnaient à boire le lait du dromadaire pour étancher la soif. à cette époque les puits n’étaient pas nombreux dans la brousse. «à cause de la rareté de l’eau, souvent nous constations sur le passage des ossements de bergers ou de voyageurs morts de soif».

CINQ TÊTES PAR JOUR- Dr Youssouf Touré ne connaît pas de documents scientifiques sur le dromadaire au Mali, mais il se souvient que ses parents utilisaient l’urine, l’estomac et les bouses du dromadaire pour traiter des maladies comme le paludisme, l’ulcère, le hoquet, etc. La viande du dromadaire a les mêmes vertus que le lait de l’animal. L’estomac du dromadaire est utilisé dans le traitement traditionnel de l’hémorroïde, de l’ulcère gastrique et de l’asthme. Certaines personnes traitent le rhumatisme avec les os de l’animal. Médecin nutritionniste à la direction régionale de la santé de Gao, Dr Isaac Kodio affirme que la viande de dromadaire diffère de celle de la viande bovine.

Boucher de son état, Hado vend la viande de dromadaire au marché de Gao depuis près d’une trentaine d’années. «Avant la crise (sanctions de la Cedeao et de l’Uemoa, ndlr), je pouvais abattre cinq têtes par jour. Sur le marché de Wabaari, le prix d’achat d’un dromadaire varie entre 600.000 Fcfa à 650.000 Fcfa. Un kilo de viande du dromadaire sans os coûte 3.000Fcfa, contre 2.500 Fcfa pour la viande avec os. La viande du dromadaire est meilleure que celle de la vache», confie le boucher. Et d’ajouter : «La viande du dromadaire, la peau, l’estomac et même les sabots de l’animal sont utilisés dans le traitement de plusieurs maladies. Quant à son urine, elle sert pour le traitement du paludisme».

Haber Maïga est routier entre Gao et le Ghana. Lui aussi connaît bien la viande de dromadaire et ne tarit pas d’éloges sur l’animal. Selon lui, la plupart des médecins traditionnels conseillent la viande de l’animal aux personnes du troisième âge à la place de celle du boeuf, du mouton ou de la chèvre. Haber Maïga assure que la consommation de la viande du dromadaire peut soigner de nombreuses maladies. Quand on y goûte une fois, on ne peut plus s’en passer, affirme-t-il. Avis aux amateurs !

Source : L’Essor

Last Updated on 18/10/2022 by Elalie Konaté