Boubacar Karamoko Coulibaly aux autorités de la transition : « Le chemin que vous avez pris est rocailleux mais… »

Je voudrais humblement conseiller aux Autorités de la transition de rester perpétuellement sur le qui-vive. Car la déstabilisation pourra aussi intervenir de l’intérieur du pays. Et ce sera toujours à l’instigation de ceux-là mêmes qui à l’extérieur n’ont pas renoncé et ne renonceront jamais à leur volonté de domestication du Mali.

Aussi, je vous prie donc de ne point vous reposer sur les lauriers déjà cueillis.

Le chemin que vous avez pris et qui est celui de l’honneur pour la sauvegarde de la souveraineté du Mali et de la dignité de son peuple, est ardu, rocailleux et même par endroits très glissants.

Ainsi, rien, absolument rien ne vous sera épargné comme efforts, moyens en tous genres et stratégies pour vous déstabiliser de la part de ceux-là dont votre noble mission contrarie les intérêts.

N’oubliez jamais, le fil du chapelet de notre histoire en porte de très nombreux grains, que l’ennemi extérieur a constamment pu arriver à ses fins chez nous, grâce à la traîtrise de nationaux sans honneur, ayant essentiellement voués leurs âmes aux diables surtout venant de l’étranger.

Or perdre ce combat de la rédemption du Mali et de son peuple, en un quelconque moment de cette transition, sonnerait irrémédiablement le tocsin de la rechute vertigineuse du pays dans un trou d’une profondeur abyssale.

En effet, la reprise en main du Mali par ces vampires, serait une catastrophe inouïe, une déception insondable, un si grand désastre pour de nombreuses générations d’africains en général et de maliens en particulier.

Voilà pourquoi, vous n’avez pas le droit de vous relâcher et de relâcher votre attention un seul instant. Soyez plus que jamais vigilants. Ne croyez pas un seul moment que tout est dans la poche. Parce que rien n’est absolument aussi incertain que cela jusqu’à la fin de la transition.

Oui, notre Peuple n’est jamais à une contradiction près. Surveillez farouchement la situation interne comme le lait sur le feu.

Ne dit-on pas que l’on n’est jamais mieux trahi que par les siens ?

Votre élan a soulevé tellement d’espoirs, de si grands espoirs au sein des populations africaines et de nombreuses autres par-delà le Continent que vous êtes condamnés à le mener à bon port.

Ce qui vous oblige à bien veiller à ce que le fétiche (pouvoir) à l’issue de la transition, ne tombe entre des mains inexpertes ou serviles qui sitôt investies s’empresseront à se les faire ligoter par les occidentaux.

Ainsi adieu veau, vache et lait car tout ayant désormais changé pour que rien ne change. Vous avez donc l’obligation et la responsabilité de faire en sorte que le bâton du relais soit transmis à un homme ou une femme de très grande qualité à même d’approfondir les sillons que vous avez tracés. Aussi, assumez-vous pour que tout ce qui a été fait ou en cours, ne soit pas inscrits dans le registre des simples faits divers de l’histoire de l’émancipation de notre pays après l’expérience avortée de la première république du Président Modibo Kéita. Alors Moussaillons (Colonels, Gouvernement, CNT) je vous somme tous, de hisser toutes les voiles à l’unisson des cœurs et des esprits, afin de pouvoir bien ramener à quai le Navire de la transition malgré, les vents contraires qui ne manqueront pas de se lever sur le parcours.

Vous devez cela à l’humanité africaine et singulièrement malienne.

Soldats et officiers, sur ce point, votre honneur et votre serment ne sauraient faillir un seul instant.

BOUBACAR KARAMOKO COULIBALY         

Source : L’Aube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *