Haut Conseil Islamique du Mali : Guerre ouverte !

à la une Accueil Actualités Au Mali Flash infos Infos en continus Société

Le Haut Conseil Islamique du Mali connait certainement un malaise en son sein que les Maliens ignorent. Le weekend dernier, Bandiougou Doumbia et Soufi Bilal Diallo ont lancé des piques contre les dirigeants de cette faitière des musulmans du Mali. Le guide spirituel de Nouredine est même allé loin en demandant la dissolution du bureau actuel de cette structure.

Dans une vidéo publiée sur le réseaux sociaux, Bandiougou Doumbia n’a pas été tendre avec le bureau actuel du Haut conseil islamique dont il a demandé la dissolution. « Le Gouvernement a été demis, l’Assemblée nationale a été dissoute, le Président a démissionné. Mais il y a une autre structure qu’il faut dissoudre. Il s’agit du Haut conseil islamique », a-t-il déclaré. Cette faitière des musulmans du Mali est, selon lui, devenue un club de soutien au Président sortant, Ibrahim Boubacar Keita. « Avant, c’était le Haut conseil islamique mais celui que nous avons aujourd’hui est le Haut Conseil IBK. Donc si IBK est parti, il faut que le Haut conseil IBK soit dissout afin d’installer un Haut conseil islamique digne de ce nom. Il nous faut un Haut conseil islamique qui défendra les causes des musulmans dans la vérité, un Haut conseil islamique qui sera l’intermédiaire entre les gouvernés et les gouvernants dans la vérité », a laissé entendre l’ancien prisonnier.  Pour lui, l’actuel Haut conseil islamique ne représente pas tous les musulmans du Mali. « Nous voulons un bureau du Haut conseil islamique mis en place par tous les musulmans, celui qui ne sera pas dirigé par le Président de la république, celui qui fera l’unité des musulmans », a-t-il sollicité. Il estime que l’actuel bureau dont il est membre est mal mis en place.

En plus du bouillant prêcheur Bandiougou Doumbia, un autre membre du Haut conseil islamique, Soufi Bilal Diallo, est rentré dans la danse. Sans trop commenter, il a écrit sur sa page Facebook : « L’argent qui alimente le Haut conseil Islamique du Mali n’appartient pas aux musulmans du Mali mais plutôt au contribuable malien. A bientôt et à suivre ». Dénonce-t-il la gestion du fonds de cette structure ?  Il y a lieu de poser cette question.

Il faut rappeler que Soufi Bilal a dénoncé, lors de la mise en place de l’actuel bureau du Haut Conseil Islamique, le processus.

En tout cas, la sortie de ces deux membres montre que le Haut Conseil Islamique connait un malaise ou il y a une guerre de positionnement entre les membres.

Boureima Guindo

Source: Le Pays 

Last Updated on 24/08/2020 by Ousmane BALLO