Sans Tabou: CNJ-Mali, le forcing du ministre FOMBA

à la une Actualités Au Mali Flash infos Infos en continus Politique

Le ministre de la Jeunesse et des sports, Abdoul Kassim FOMBA, au mépris des textes du Conseil national de la jeunesse (CNJ-Mali), veut se lancer dans le renouvèlement des instances de ladite faitière. Ni la forme ni le fond de ce processus n’est conforme aux statuts et règlements du CNJ-Mali qui révèle, avant tout, de la société civile et dont la gestion ne fait pas partie des prérogatives du ministère de la Jeunesse.

Le ministre Abdoul Kassim FOMBA n’est-il pas en train d’outrepasser ses pouvoirs, de franchir la ligne rouge de la collaboration entre son département et le Conseil national de la jeunesse du Mali (CNJ-Mali) en voulant à tout prix procéder au renouvèlement des instances de cette faitière en violant les principes ?

En effet, le ministre FOMBA a informé, le mercredi 15 mai dernier, le conseil des Ministres du démarrage du processus de création de la Commission nationale de mise en place des organes du Conseil national de la Jeunesse qui aura ses démembrements au niveau communal, régional et la Diaspora.

Outre le processus de mise en place des organes du CNJ-Mali, le ministre FOMBA a indiqué que les statuts et le règlement intérieur du Conseil national de la Jeunesse avaient été relus par une Commission tripartite composée de représentants de l’Etat, de leaders des organisations de la Jeunesse et de la société civile, conformément aux recommandations des Etats Généraux de la Jeunesse.

De quoi se permet-il ? Le CNJ-Mali est-il une entité de son département ? Qu’est ce qui l’autorise à procéder, en solo, au renouvèlement des instances du CNJ-Mali ?

Voilà un ministre qui a été applaudi à sa nomination pour sa connaissance du monde des organisations associatives des jeunes pour avoir, pendant des années, occupé des postes de responsabilité au sein de la Jeune chambre internationale (JCI). Une organisation réputée pour son engagement et son sérieux à impacter le développement communautaire.

Mais très vite, sa démarche en voulant donner un nouveau souffle au Conseil national de la jeunesse galvaude la confiance, brise l’espoir de la refondation du secteur de la jeunesse dans notre pays.  Certes, il y a le besoin présent de réviser les textes de l’organisation des jeunes dans notre pays afin qu’elle cesse d’être instrumentalisée par les politiques comme ça été le cas pendant très longtemps. En clair, il y a l’unanimité sur la décision de revoir le fonctionnement et la gestion de la faitière des organisations de jeunes.

Cependant, ce processus ne doit pas être conduit en violation des textes de l’organisation (CNJ-Mali) parce qu’elle est régie par des principes.

En effet, le CNJ étant une organisation de la société civile ne saurait être géré par le ministre FOMBA comme étant une entité de son département. Le renouvèlement des instances du CNJ, la relecture de ses textes sont tous encadrés. Par conséquent, le ministre de la Jeunesse ne peut pas outrepasser ses prérogatives en s’arrogeant un droit dont les textes ne lui donnent pas. C’est comme par exemple si madame le ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille décidait de s’ingérer dans la gestion de la CAFO.

Ce forcing pourrait faire jurisprudence et au lieu de renforcer le CNJ-Mali l’expose à des modifications à tout moment par les pouvoirs publics. Pourquoi pas d’autres organisations de la société civile ?

En plus de son fond, l’initiative est entachée également par un véritable vice de forme marquée par la non implication de nombreuses organisations jeunes et même des anciens du CNJ-Mali, selon plusieurs sources. Ce qui justifie aussi amplement la sortie des présidents des conseils régionaux du CNJ-Mali qui ont accusé le ministre FOMBA « d’instrumentalisation de la Jeunesse malienne pour un agenda inavoué », mais aussi de vouloir « semer la trouble entre les jeunes et l’Etat ».

En dépit de toutes ces violations, le ministre FOMBA est scotché sur son projet. Or la meilleure des reformes c’est celle qui est conforme aux textes et aux principes édictés.

PAR SIKOU BAH

Source : Info Matin

Last Updated on 23/05/2024 by Ousmane BALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *