Ségou, Sikasso, Koulikoro : encore des écoles fermées par des présumés jihadistes

Des attaques des groupes terroristes occasionnent de plus en plus la fermeture des écoles à travers le pays. Le nombre d’établissements fermé continue de s’accroitre dans les régions de Ségou, Sikasso et Koulikoro. Selon les responsables scolaires, la fermeture de ces écoles est due à l’insécurité et aux menaces terroristes.

Dans la région de Sikasso, au moins 8 500 enfants, répartis dans 44 établissements scolaires sont privés d’école rien que dans le cercle de Yorosso. Cette information a été donnée par le directeur du Centre d’Animation Pédagogique de Yorosso. Selon Mamadou Berthé, ces établissements scolaires se trouvent dans les communes de Boura et de Koumbia. Les écoles de la Commune de Ourikela ont ete egalement fermées le mardi dernier toujours dans le cercle de Yorosso.Selon des sources locales, cette fermeture serait due aux « menaces proférées par des groupes armés contre le personnel enseignant des différentes localités ».

Non loin de là, le même scénario s’est déroulé dans le village de Sanguéla dans la région de Koutiala. Des hommes armés ont exigé aux responsables scolaires la fermeture des classes de la localité. Les responsables scolaires ne cachent leurs préoccupations. Ils demandent à l’Etat de mieux sécuriser les écoles et les enseignants.

Selon un rapport de l’UNICEF, publié en novembre 2020, 1344 écoles restaient fermées à travers le pays à cause de l’insécurité.

Plus de 1300 écoles fermées sur l’ensemble du territoire national à la date du 31 mars 2021. Cette déclaration a été faite par la direction nationale de l’enseignement fondamental. Selon ses responsables, des dispositions sont prises afin que les apprenants puissent suivre les cours.

Source : Studio Tamani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *