‘’Sans Détour’’/Corona-bisness : le prix des produits grimpe !

‘’Le malheur des uns fait le bonheur des autres’’, a-t-on coutume de dire. Sauf qu’avec le Coronavirus, le malheur est devenu collectif. Puisque chacun de nous est censé être concerné d’une manière ou d’une autre par cette pandémie qui continue de ravager partout dans le monde. Ainsi depuis la découverte de cette maladie dans notre pays (le 25 mars 2020), la vie devient de plus en plus chère. Les marchés, les rues et les artères de Bamako sont tous inondés par des kits de santé. L’on y trouve plusieurs qualités et chaque vendeur se défend de la plus bonne manière afin de faire de ses produits les meilleurs sur le marché. De ce fait, les gels hydro-alcooliques et les cache-nez sont vendus au prix double.

La boîte du gel hydro-alcoolique auparavant vendue à 500F CFA est aujourd’hui cédée à 1000F CFA. Quant aux cache-nez, ils sont passés de 250F CFA à 500F CFA et même souvent à 1000 F CFA, selon les vendeurs. Au-delà des kits sanitaires beaucoup prisés aujourd’hui dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus-Covid 19, le prix de certains produits de première nécessité est en train de grimper aussi sur les marchés de Bamako. De 455  ou 500 F CFA, le prix du kilogramme du sucre est aujourd’hui vendu à 600 F CFA. La même augmentation se fait sentir sur le sac du riz.

Cette flambée de prix va concerner tous les produits de première nécessité, si rien n’est fait par le gouvernement. Ce qui est certain, c’est une situation qui ne rend pas facile la lutte contre le coronavirus. Il est inadmissible qu’au moment où les populations sont appelées à réduire leurs mouvements ou à rester chezelles en vue de limiter la propagation de la pandémie, les commerçants décident d’augmenter les prix de leurs produits.

Si le gouvernement veut réussir à protéger son peuple contre le Covid 19, il doit tout de même renoncer à certaines taxes et subventionner des produits de première nécessité. A défaut, il doit tout faire pour que les prix n’augmentent pas sur le marché, tout simplement, parce qu’il y a une pénurie. C’est pourquoi, le ministère en charge du Commerce, à travers ses services techniques, doit veiller au respecter strict des prix de vente des produits sur les différents marchés du pays. Il s’agit là de procéder àdes campagnes de sensibilisation auprès des commerçants sur le maintien des prix de vente.

Toutefois, des mesures doivent être prises afin de sanctionner les contrevenants. C’est le seul moyen pour que les mesures préventives prises par le gouvernement contre le Coronavirus puissent être respectées. D’autant plus que la façon dont le nombre de personnes déclarées positives augmentent, d’autres mesures risquent de surgir et peuvent concerner le confinement total durant des semaines. Dans ce cas de figure, il sera difficile de s’enfermer et de faire face à une vie d’enfer.

Ousmane BALLO