Rencontre avec IBK : pourquoi le M5 a dit NON à Goodluck

Le mercredi, 12 août 2020 au soir, le chef de la mission de médiation de la CEDEAO, l’ancien Président nigérian Goodluck Jonathan a demandé et obtenu une rencontre avec une délégation du M5-RFP pour proposer d’organiser une rencontre avec M. Ibrahim Boubacar Keïta, avant la fin de séjour prévue, hier le 13 août. 

Selon le médiateur, cette rencontre devrait permettre, de désigner deux équipes de négociation dont les conclusions seront soumises au Président de la République. Le M5-RFP a remercié le médiateur pour son initiative en lui réaffirmant sa constante disponibilité au dialogue qui constitue une des valeurs cardinales de notre peuple qui ne peut réserver une fin de non-recevoir à la proposition du Président Goodluck Jonathan pour de bonnes raisons suivantes.

Mais le M5 a tenu à relever certaines conduites : l’étonnement et l’indignation du M5-RFP sur le silence observé par la CEDEAO à la suite des propos graves et inacceptables tenus par  Ibrahim Boubacar Keita lors du dernier sommet des chefs d’état de la CEDEAO contre notre Mouvement et son Autorité morale l’Imam Mahmoud Dicko. « Le M5-RFP attend en conséquence d’Ibrahim Boubacar Keita des excuses à la suite de ses propos diffamatoires », a fait savoir le comité stratégique du M5-RFP.

Selon le Comité Stratégique, le M5-RFP ne saurait rentrer dans aucune logique de discussions avec le président Ibrahim Boubacar Keita aussi longtemps que ses militants feront l’objet de chasse à l’homme par les forces de répression du régime et de condamnations expéditives à de lourdes peines de prison faisant ainsi d’eux de véritables prisonniers politiques. Le M5-RFP exige par conséquent leur libération pure, simple et définitive ;

Le M5- RFP attend également la mise à la disposition de la justice des commanditaires, des auteurs et complices des tueries des 10,11 et 12 juillet 2020 qui devraient ainsi répondre devant les juridictions nationales et internationales de leurs actes criminels ;

M. Ibrahim Boubacar Keïta n’a jamais répondu à la demande de sa démission formulée par le M5-RFP et tout éventuelle rencontre devrait juste servir de cadre pour définir les modalités de son départ avec son régime.

Le M5-RFP qui ne doute pas que le Peuple Malien saura trouver, à travers des concertations nationales, des solutions endogènes à la crise créée et entretenue par M. Ibrahim Boubacar Keita remercie encore une fois la CEDEAO et son Médiateur de toute leur sollicitude à l’égard de du Peuple Malien.

Par ailleurs, le M5-RFP a signifié, le jeudi dernier, au Médiateur de la CEDEAO, l’ancien président du Nigeria Goodluck Jonathan son rejet de toute rencontre avec le Chef de l’Etat du Mali, Ibrahim Keita sans que quatre conditions préalables ne soient remplies.

Il s’agit :

  • Monsieur Ibrahim Keita doit présenter au peuple malien, à l’Imam Dicko et au M5-RFP des excuses pour les avoir diffamer devant les chef d’Etat les accusant de vouloir faire un coup d’Etat et de transformer leMali en Etat islamique ;
  • La libération définitive de tous les jeunes, femmes et hommes arrêtés et jugés de façon expéditive à l’occasion des manifestations pacifiques dans le cadre de la désobéissance civile ;
    • L’identification, la mise à la disposition de la justice des commanditaires et des auteurs des tueries des 10,11 et 12 juillet 2020 qui devraient ainsi répondre devant les juridictions nationales et internationales de leurs actes criminels ;
  • La réponse à demande de sa démission de monsieur Ibrahim Keïta formulée par le M5-RFP. Une éventuelle rencontre devrait juste servir de cadre pour définir les modalités de son départ avec son régime.

Aussi, Goodluck Jonathan,  s’est rendu à Nioro du Sahel, le mercredi 12 août 2020, pour rencontrer le chérif de Nioro, Mohamed Ould Cheikhna dit Bouyé Haïdara.

Selon Goodluck Jonathan, le Chérif de Nioro, Bouyé Haïdara, en tant que personnalité morale, peut contribuer à la résolution de l’intense crise sociopolitique au Mali. « Nous sommes venus pour connaître sa position et le soutien qu’il peut nous apporter dans la résolution de cette crise », a déclaré le médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan.

Selon lui, cette visite à Nioro marque le début de la résolution de la crise sociopolitique au Mali. Il a fait savoir que les gens ont beaucoup de respects pour le Chérif. Au cours des échanges avec Bouyé Haïdara, le médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, a mis l’accent sur la démocratie et la nécessité de respecter les mandats électifs… « En tant que personnalité morale, le Chérif peut contribuer à la résolution de l’intense crise sociopolitique au Mali. Nous sommes venus pour connaître sa position et le soutien qu’il peut nous apporter dans la résolution de cette crise. Nous l’avons prié de soutenir les deux parties pour qu’elles arrivent à discuter ensemble et à trouver une solution confortable pour le Mali. Des discussions quotidiennes, les mouvements sociaux, tout le monde est informé des questions de gouvernance dans le pays, mais il faut s’asseoir pour discuter et arriver à trouver une solution », a souligné Goodluck Jonathan. Quant au Chérif de Nioro, Bouyé Haïdara, il s’est dit ouvert au médiateur pour la réussite de sa mission.

A rappeler que bien avant cette visite à Nioro, Goodluck Jonathan s’était déjà rendu chez l’imam Mahmoud Dicko (Bamako), ancien président du Haut Conseil Islamique du Mali, parrain de la CMAS (Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko) et autorité morale du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP).

 

Mohamed Sylla

Source : L’Aube