Rassemblement du 19 juin : L’Imam Dicko appelle à une mobilisation « historique »

L’autorité morale du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), non moins parrain de la CMAS, l’imam Mahmoud Dicko était face à la presse hier, mercredi 17 juin 2020, au siège de son association. Occasion pour lui de confirmer le maintien du rassemblement du vendredi 19 juin 2020 et d’appeler à une mobilisation « historique ».

Entouré par ses soutiens, l’imam Mahmoud Dicko a, à l’entame de ses propos, exprimé toute sa reconnaissance et ses remerciements envers le peuple malien qui, selon lui, le répond à chaque fois qu’il le fait appel. Le parrain de la CMAS rend ensuite hommage aux Maliens pour leur patience malgré les difficultés.

Les difficultés du pays

L’imam Mahmoud Dicko trouve que « la grande nation malienne et son grand peuple » traversent de difficultés énormes. Cette grande nation, laisse-t-il entendre, ne mérite pas « ce sort pitoyable » que lui réservent les gouvernants. Il estime que le peuple malien ne sort que quand il estime que « trop c’est trop ». « Nous sortons quand nous constatons que notre dignité est menacée », a-t-il expliqué. Or , dit-il, c’est l’existence même du Mali qui est en danger actuellement.

Les piques de l’imam à IBK

Si beaucoup de Maliens ont apprécié l’adresse à la Nation du président de la République, l’imam Dicko, lui n’est pas convaincu du message. D’abord, pour le parrain de la CMAS, IBK a, après, le rassemblement du 5 juin, ignoré le peuple. Il trouve que le chef de l’État a fait cette adresse par la forme. Comme l’opposition, Mahmoud Dicko trouve la « main tendue » d’IBK invisible. « La main n’a pas été tendue. On tend la main à quelqu’un qui est loin de vous. S’il (IBK) dit qu’il tend la main, ce qui veut dire que le peuple est loin de lui », a-t-il laissé entendre avant de préciser qu’il n’est pas, pour l’heure, prêt à accepter cette main tendue : « Cette main n’est pas la main du chérif qu’on doit embrasser. Ce n’est pas la main, on ouvre le cœur ». Il qualifie même de distraction ce discours d’IBK. À en croire  Dicko, IBK n’a toujours pas compris le cri du peuple.

La cohésion sociale sollicitée

L’imam Mahmoud Dicko déplore le fait que le peuple du Mali soit divisé. Cela par la faute des gouvernants. « Ils ont opposé tout le peuple. Ils ont opposé les uns contre les autres : les religieux, les politiques, les communautés », a-t-il regretté.

Ce que souhaite l’imam Dicko, c’est la cohésion sociale entre tous les Maliens. « On doit se donner la main pour servir ce grand pays, pour donner l’honneur et la dignité à ce grand peuple. Il trouve que cela ne peut pas se faire si le peuple est divisé. Nous sommes capables de faire la paix », a-t-il tenu à préciser. Aussi, a-t-il précisé qu’ « ils ne vont pas casser » ce pays. « Nous n’allons pas casser ce pays. Nous ne nous ajouterons pas à ceux qui vont le casser et ça ne se cassera pas devant nous. Ceux qui cassent le pays, ce sont ceux-là qui ont la charge de  le gouverner, mais qui n’ont pas bien fait », a-t-il précisé. Mais il ajoute que le peuple du Mali ne doit pas se résigner face aux maux. « Qu’on refuse de nous resigner.  Nous ne sommes pas un peuple soumis ni un peuple résigné », a-t-il entonné.

 Le rassemblement du vendredi 19 juin maintenu

Nombreux étaient ceux qui attendaient l’annonce, par l’imam Mahmoud Dicko, de l’annulation du rassemblement du 19 juin. Il a levé toute équivoque à ce niveau. Le rassemblement est maintenu et sera, selon lui, historique. « Les gens vont parler. Ils vont tenter de nous demander d’annuler. Je lève toute équivoque sur ce point. Le vendredi, le rassemblement aura lieu et il sera historique », a-t-il promis.

Par ailleurs, il est important de signaler que le gouverneur du district de Bamako a répondu favorable à la manifestation.

Boureima Guindo

Source: Le Pays