Mise en place du CNT : le M5-RFP dit non et appelle à la résistance

Au cours d’une conférence de presse tenue le 13 novembre 2020 au siège de la Confédération Syndicale des Travailleurs du Mali (CSTM), les responsables du Mouvement du 05 juin, Rassemblement des forces Patriotiques (M5-RFP) ont exprimé leur désaccord avec le décret fixant les modalités de désignation des membres du Conseil National de Transition (CNT) et celui concernant la clé de répartition dudit organe. Ils dénoncent entre autres une militarisation du pouvoir et appelle toutes les forces patriotiques, politiques et sociales à la résistance pour sauver la démocratie et la République.

«Le bateau de la transition tangue, nous ne laisserons pas ce bateau coulé, car nous avons une responsabilité devant le peuple et devant l’histoire »,a déclaré Choguel Kokala Maïga, président du Comité stratégique du Mouvement du 05 juin, Rassemblement des forces Patriotiques (M5-RFP) . Selon lui,  non seulement le M5-RFP n’a pas été saisi officiellement pour la mise en place du CNT, mais aussi, les deux décrets pris par le président de la transition violent à la fois la Constitution et la Charte de la transition. En plus, le M5-RFP estime que le délai de 48 heures imparti pour la constitution des dossiers excluent certains candidats dont les localités sont, soit inaccessibles compte tenu de l’insécurité, soit trop lointain pour deux jours. Il pense également que le moment est inopportun compte tenu de la grève des administrateurs civils.

« Le M5-RFP, sans étonnement et sans surprise, a appris par les réseaux sociaux, avant d’en avoir confirmation dans le journal officiel du mardi 10 novembre 2020, l’adoption de deux (2) décrets fixant respectivement les modalités de désignation des membres du Conseil National de Transition (CNT) et la clé de répartition dudit organe. C’est dire que le M5-RFP n’a pas été officiellement saisi de cette question vitale pour la bonne marche de la Transition. A l’examen, les deux décrets sont purement et simplement inacceptables pour le peuple malien »,a expliqué le Comité stratégique à travers un communiqué.

Aussi, les responsables du M5-RFP disent-ils avoir obtenu des éléments probants de témoignages sur ce qui apparaît comme des « délits d’initiés ». A en croire les responsables du M5, ceux dont la présence est souhaitée au CNT qui ont déjà été priés, depuis plusieurs jours, de se procurer du fameux sésame, estiment que ce court délai de 48 heures procède aussi d’une volonté de favoriser la fraude et le favoritisme. « Le M5-RFP dénonce ainsi une mascarade téléguidée par le Comité Nationale pour le Salut du Peuple (CNSP), qui veut maintenir le régime IBK sans IBK. Il est inadmissible que le vice-président de la Transition, encore président du CNSP non encore dissout, dispose d’un pouvoir de censeur pour choisir les bons et mauvais candidats en lieu et place des entités concernées. De quelle connaissance des candidats, de quel droit ou encore de quelle légitimité disposerait-il pour s’octroyer une telle prérogative dont le but inavoué est d’amener les seuls amis, parents et affidés au CNT ? », s’insurge  Abdel Kader Maïga, membre du comité stratégique.

Face à ce qu’ils appellent ‘’l’enjeu de la militarisation du pouvoir’’, les responsables du M5-RFP lancent un appel à toutes les forces patriotiques, politiques et sociales à se concerter et à entrer en résistance pour sauver la démocratie et la République afin d’obtenir le changement pour lequel des millions de Maliens se sont battus et dont certains ont consenti le sacrifice suprême. Car, disent-ils, ces manœuvres sur la mise en place du CNT ont fait tomber les masques et dévoilé la nature purement militaire de la Transition avec un habillage civil qui ne trompe plus personne ni au Mali, ni parmi les observateurs internationaux.

Amadou Kodio

Source : Ziré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *