Mali : Word Independent Budo Kai,  le nouveau-né des arts martiaux

Le représentant du ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Niaga Diop, a procédé au lancement officiel de World Independent Budo Kai (WIBK), une plateforme qui regroupera désormais, tous les arts martiaux du Mali.  C’était la semaine dernière en présence de la marraine de la cérémonie, Mme Coulibaly Sarah Rokiatou, du représentant de WIBK au Mali, maître Gaoussou Sidibé et de grands maîtres karatékas et pratiquants, venus de partout au Mali, pour marquer leur présence cette à cérémonie ainsi que leur attachement au WIBK. Tous les participants, à l’unanimité, ont lancé un cri de cœur pour un sursaut national en faveur des arts martiaux au Mali.

Selon le représentant de World Independent Budo Kai (WIBK) au Mali, maître Gaoussou Sidibé, coach de l’équipe nationale de Karaté, père fondateur de Sambo au Mali, « contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, le WIBK n’est pas une nouvelle discipline des arts martiaux, mais plutôt une plateforme qui s’associe aux différentes disciplines des arts martiaux. C’est l’idée des pratiquants qui ont jugé nécessaire de prendre la valeur Budo Kai des arts martiaux, c’est-à-dire, l’ancienne méthode des arts martiaux, appelée judo judicieux. Puisque le judo que nous voyons  aujourd’hui à l’international, n’est pas celui qui était pratiqué par le maître fondateur du judo. Le fait que cela soit développé à l’international, le côté sport a dominé la pratique traditionnelle. Donc, le WIBK est là pour faire ressortir, la pratique traditionnelle des arts martiaux ».

Cri de cœur de la marraine

La marraine, Mme Coulibaly Sarah Rokiatou, présidente du Comité de Gestion du Groupe scolaire de Badalabougou, pratiquante aussi de son état lance : « Toute discipline sportive nécessite des moyens matériels, financiers et humains. La pratique de WIBK exigera des salles adaptées, des maîtres confirmés, dont la formation à la base est obligatoire. Raison pour laquelle, nous sollicitons l’accompagnement du ministre de la Jeunesse et des Sports, des autres ministères, ainsi que toute personne de bonne volonté. Car nos ambitions sont assez grandes.»

Dans son discours de lancement, le représentant du ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Niaga Diop, a eu des mots très forts à l’endroit du maître Gaoussou Sidibé : « Le WIBK, en choisissant maître  Gaoussou Sidibé, a fait le pari de la passion et du savoir-faire. Car nous ne doutons point de la réussite de sa mission. Parce qu’Il m’a convaincu, en termes de respect, de courtoisie et d’abnégation. Et c’est cela les arts martiaux. »

Selon lui, les arts martiaux peuvent contribuer au développement de notre pays. « Et si tous les Maliens pratiquaient les arts martiaux, il n’y aurait pas de problème de patriotisme et de discipline, dans ce pays. Pour sa part, le ministre Mohamed Salia Touré, ne ménagera aucun effort pour soutenir votre discipline »,a-t-il ajouté.

Rappelons que le WIBK dont le siège international se trouve en Suisse, est ouvert à toutes les disciplines : compétiteur ou martial. Un stage de formation est prévu du 05 au 07 mars 2021.

Pépin Narcisse LOTI / Afrikinfos-Mali