Mali: Mondoro réclame son statut de cercle

Surprise et indignation sont les maîtres mots qui dominent l’esprit des ressortissants de la commune de Mondoro, qui ont vu le projet de cercle de leur localité annulé à la toute dernière minute par les autorités de la transition. C’est du moins ce qui sort de la conférence de presse de l’Association pour le Développement de la Commune Rurale de Mondoro (ADCRM), tenue ce mercredi 05 Mai 2021 au Palais de la Culture Amadou Hampaté Bah.

C’est à travers une conférence de presse que l’ADCRM a dénoncé ce qu’elle appelle ‘’mascarade’’ de la commission de réorganisation territoriale. En effet, Mondoro était retenu parmi les localité qui devraient être érigées en cercle depuis les conférences régionales de Mopti tenues en Novembre 2018. A la grande surprise des populations de ladite commune, le projet de cercle a été annulé. Aussi, Mondoro serait désormais rattaché à Hombori. C’est un coup d’éclat jugé injuste et intolérable par les habitants de Mondoro.

L’Avant-projet de loi N° 2021-017 du 02 Mars 2021 portant création des nouvelles régions et propositions de cercles au Mali, a permis d’ériger l’Arrondissement actuel de Mondoro en Cercle. Cela dans l’objectif primordial de rapprocher davantage les administrés de l’Administration, en vue de cerner les vrais problèmes de la population et en trouver des solutions urgentes et adéquates. Un projet de découpage territorial, qui, dès sa promulgation, a promis l’érection de Mondoro en cercle, est conçu bien évidemment dans le but d’accélérer le progrès économique, social, touristique et culturel de la population. Des raisons qui ont vite motivé Mondoro à y adhérer sans réserve et avait même décidé d’accompagner ce processus jusqu’à son terme. «C’est ainsi que pour une deuxième fois, compte tenu de différentes normes et critères d’éligibilité, l’arrondissement de Mondoro a fait l’objet d’un choix consensuel d’être érigé en cercle, lors de la conférence régionale tenue à Mopti les 13, 14, et 15 Novembre 2018 », rappelle Sidy Ongoiba, président de l’ADCRM.

Selon lui, c’est à la suite des travaux réalisés pour une administration encore plus proche de ses administrés que, les responsables politiques, les légitimités traditionnelles et les leaders religieux de Mondoro ont suggéré d’ériger, outre les quatre (04) communes à savoir Niangassadiou, dont la création avait déjà été proposée, Tiguila, Boulkessi et Mondoro centre en Cercle.

Cependant lors des travaux de restitution relatifs à la réorganisation territoriale, tenue à Mopti les 29 et 30 Avril 2021, les autorités locales, traditionnelles et administratives de Mondoro ont été plus que surprises, sinon indignées de voir l’annulation du projet de cercle de leur localité à la dernière minute, par la commission chargée de la réorganisation territoriale. «Sachant bien que cette décision de ladite commission s’inscrit à porte à faux contre l’avant-projet de loi de 2012 et celle de la conférence régionale de Mopti de 2018, les autorités de l’arrondissement de Mondoro ont rejeté sans réserve cette décision discriminatoire et exprime leur refus d’adhérer et d’accompagner à ce stade, le processus de la réorganisation territoriale. Force est donc de constater que ce processus de décentralisation auquel le ministère de l’administration territoriale tente d’imposer à la communauté de Mondoro est loin de respecter les critères d’éligibilité mis en place et qui ne prend pas en compte les exigences sociopolitiques, des autorités elles-mêmes », ajoute Amadaga Ongoiba, secrétaire général de l’ADCRM.

«Mondoro mérite d’être un cercle »

Pour les responsables de l’association pour le Développement de la Commune Rurale de Mondoro, il n’y aucun doute sur l’éligibilité de la commune de Mondoro en Cercle. Le critère, il est économique, géostratégique et culturelle auxquelles, selon l’association, l’arrondissement de Mondoro répond pleinement, grâce à ses multiples potentialités. «C’est pourquoi, nous interpellons les acteurs en charge de la décentralisation de maintenir le Cercle de Mondoro dans son intégrité territoriale comme proposé en 2012 et en 2018, conforment aux stricts respects des normes », souligne-t-il.

Toujours selon lui, dans la nouvelle région de Douentza, l’arrondissement de Mondoro vient en tête du tableau avec une superficie de 5598 km2, et une population estimée à 54.640 habitants, répartis entre 23 villages officiels, sans compter les hameaux qui constituent aujourd’hui des entités potentielles, susceptibles d’être érigées en villages. Aussi, de par sa superficie et sa population, Amadaga Ongoiba estime que Mondoro se présente comme la circonscription ou collectivité locale la plus étendue et la plus peuplée des arrondissements de la nouvelle région de Douentza.

«Sa distance par rapport au chef-lieu de la région de Douentza (165KM) le favorise dans sa démarche d’être érigé en cercle. Sa position frontalière avec le Burkina fait de Mondoro une zone à potentialité élevée du point de vue commercial, social, touristique, économique, culturel et agricole. Cela surtout avec la mare de Soum qui longe le village de Boulkessi jusqu’au Burkina Faso. Aussi, en matière d’infrastructure, la commune de Mondoro est l’une des localités qui occupe la 1ère place dans la région de Douentza. Elle compte 4 Aires de Santé (CSCOM); 24 écoles fondamentales (Premiers Cycles); 3 Seconds Cycles; 12 marchés hebdomadaires et en plus, elle regorge de deux camps de sécurité militaire, l’un situé dans le village de Mondoro et le second situé dans le village de Boulikessi », précise-t-il.

Amadou Kodio /Afrikinfos-mali