Mali : Moctar Ouane soupçonné de comploter avec B2Gold contre une société nationale, LB-Mining Sarl, pour un permis de recherche d’or à Manankoto

Alors que le pays est déjà complètement paralysé suite au mot d’ordre de grève de l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) et à la dissolution du Gouvernement il y a plus d’une semaine, le Premier ministre, Moctar Ouane, se mêle dans un scandale en annulant l’Arrêté N°2021-1078/MMEE-SG du 24 Mars 2021 portant attribution du permis de recherche d’or et des substances minérales du groupe 2 à la Société Little Big Mining « LB-Mining Sarl » à Manankoto, dans le cercle de Keniéba. Au moment où la Cour Suprême du Mali valide la conformité du dossier de ladite société, l’on apprend aussi de sources sûres que la Société canadienne, B2Gold, qui jure d’exploiter la zone, aurait déboursé un milliard de Francs CFA pour concocter à la Primature via Koulouba sous les pieds du président de la Transition Bah N’Daw 

Le permis de recherche d’or de Manankoto, faut-il le rappeler, avait été attribué à la Société Little Big Mining par le ministre des Mines Lamine Seydou Traoré, le 24 mars 2021, et ce conformément aux dispositions pertinentes relatives aux procédures d’attribution des titres miniers de l’Ordonnance n°2019-022/P-RM du 27 septembre 2019 portant Code minier en République du Mali.

N’ayant pu obtenir ce permis malgré des procédés portant atteinte aux intérêts de l’Etat malien et malgré ses tentatives de corruption, la Société B2Gold a introduit, auprès de la Cour Suprême, une requête en référé administratif de suspension de l’arrêté du ministre portant attribution du permis de recherche d’or à la société Little Big Mining, bénéficiaire du permis de Manankoto.

Une requête rejetée par la Cour Suprême du Mali, car comme nous l’avons souligné, le permis a été attribué conformément aux dispositions pertinentes relatives aux procédures d’attribution des titres miniers de l’Ordonnance n°2019-022/P-RM du 27 septembre 2019 portant Code minier en République du Mali.

C’est cet Arrêté N°2021-1078/MMEE-SG du 24 Mars 2021 du ministre Lamine Seydou Traoré portant attribution du permis de recherche d’or et des substances minérales du groupe 2 à la Société Little Big Mining « LB-Mining Sarl » à Manankoto, dans le cercle de Keniéba, que le Premier ministre Moctar Ouane a annulé à travers Arrêté N°2021-2428/PRIM-CAB du 21 Mai 2021, malgré sa conformité aux textes en vigueur confirmée par la Cour Suprême. C’est un mépris à l’endroit de la plus haute juridiction du Mali.

Moctar Ouane, mouillé ?

Le Premier ministre justifie cet Arrêté N°2021-2428/PRIM-CAB du 21 Mai 2021 par le fait qu’il y aurait une urgence, alors que textes fixent un délai de recours de deux mois à une société demanderesse du permis qui ne serait pas d’accord avec la décision du ministre. Ici, la société demanderesse qui proteste est B2Gold, une société canadienne qui vient de chasser son Directeur pour corruption. Une société qui était prête à tout pour faire annuler le permis de Manankoto, et qui vient de réussir son coup, et cela sous la plume du Premier ministre du Mali himself, avant l’épuisement du délai de recours : le 24 Mai !

Mais avant, le Secrétaire Général du Gouvernement, soi-disant un ordre venant de Koulouba, et sur instruction du Premier ministre Moctar Ouane, a voulu faire signer cette décision d’annulation du permis de Manankoto par Lamine Seydou Traoré qui, il faut le dire, en l’absence du gouvernement, n’a aucune qualité pour le faire. Ce dernier, de sources bien introduites, aurait énergiquement protesté contre cette peau de banane qu’on voulait lui jeter sous les pieds, non pas sans rappeler qu’il est un Républicain pour entrer dans ces jeux tordus !

En réaction, le Secrétaire Général du Gouvernement lui aurait rétorqué qu’ils vont trouver une autre formule. Et cette « autre formule » n’était autre que de faire signer la décision par le Premier ministre lui-même ! Il nous revient que la Société B2Gold, pour ce faire, n’aurait pas du tout lésiné sur les moyens. Un premier acompte de 500 millions de FCFA aurait été mis sur la table, et 500 autres millions, plus la fourniture en carburant de la mine, seraient proposés, une fois la décision signée !

On comprend dès lors l’urgence évoquée par le Premier ministre pour justifier sa décision d’annulation du permis de Manankoto ! Le Premier ministre Moctar Ouane et le Président Bah N’Daw sont-ils trempés dans ce scandale de corruption ou sont-ils plutôt victimes collatérales des sangsues tapis dans l’ombre à la Présidence de la République et à la Primature ? A charge pour eux de se disculper !

Afrikinfos-Mali