Mali : les stratégies sous-régionales de Gestion intégrée des risques (GIR) expliquées aux OSC

L’hôtel Mandé a abrité du 4 au 7 Août 2020, un atelier régional de renforcement des capacités des Organisations de la Société Civile (OSC) aux stratégiques sous-régionales sur la gestion intégrée des risques (GIR).

 Pendant cinq jours, les participants ont été édifiés sur la gestion intégrée des risques ; la Réduction des risques de catastrophe ; la Gestion et la restauration des écosystèmes. L’objectif de cette rencontre est de renforcer les capacités techniques des OSC sous-régionales sur le plaidoyer en faveur de la gestion intégrée des risques (GIR).Il s’agit également d’adapter les acteurs au changement climatique à base communautaire.

Ainsi, les participants ont pris connaissance sur la Coalition GIR sous-régionale sur son fonctionnement (statuts et règlements, inscription des membres, planification…), sa gouvernance interne et ses directives techniques dans la mise en œuvre des actions en matière de GIR.

Pour atteindre ces objectifs, l’atelier de Bamako a enregistré la participation des personnes ressources du Sénégal et du Cameroun et de plusieurs représentants des services techniques qui ont fait des contributions sur place ou à distance. Il s’agit notamment, des femmes rurales du Mali ; des représentants des zones protégées, de la Météo nationale Mali ; de la Protection civile, etc.

Le Projet «Dialogue politique en Gestion Intégrée des Risques (GIR)» est un projet financé par les Pays-Bas et mis en œuvre au Mali par un consortium d’ONGs Internationales dénommé Partners for Resilience/ Strategic partnership (PfR/SP), composé de Wetlands International (WI), CARE International, Croix Rouge Malienne, Croix Rouge Centre du Climat, Croix Rouge Netherlands.

D’une durée de cinq ans (2016-2020) il est mis en œuvre dans les bassins du Niger, du Sourou et du Sénégal. Il se focalise sur les succès et les leçons apprises du projet DRR (réduction des risques de catastrophes) CCA (Adaptation aux changements climatiques) et EMR (Gestion et restauration des écosystèmes) mis en œuvre de 2011 à 2015 par Wetlands International et CARE International Mali.

Ce projet met l’emphase sur la consolidation et la mise à l’échelle de l’engagement communautaire des partenaires à la base qui ont été impliqués dans la préparation et la gestion des catastrophes, la planification d’urgence et la réduction des risques de catastrophe, à travers des activités holistiques de renforcement des capacités et l’influence des décideurs.

Les résultats attendus se traduiront par des interventions et des changements au niveau de trois domaines clés à savoir : la politique, l’investissement et le domaine pratique.

Abdoulaye OUATTARA/ Afrikinfos-Mali