Mali : les 5 finalistes des fonctionnaires les plus intègres de Intégrity Icon, édition 2020

Mme Aïssata Sangho, enseignante à Gourma Rharous, (Icon 1) ; Dr. Gaoussou dit Abdel Kader Simpara, directeur technique du CSCOM de Kayes Khasso (Icon 2) ; Mme Mariam Diarra, adjointe au chef du Service des Finances de la direction nationale des Frontières (DNF) domiciliée à Kalaban-Coro (Icon 3) ; Moussa Abdoulaye Diarra, magistrat à la Justice de Paix à Compétence étendue (JPCE) à Yanfolila (Icon 4) et enfin sergent Seydou Dao, agent de service pénitentiaire et de l’Education surveillée à Djenné. Voilà les nominés de Intégrity Icon de Accountability Lab, édition 2020 dont la liste a été présentée à la presse le 16 novembre 2020 à l’Hôtel Onomo, toujours en partenariat avec l’Ambassade du Royaume de Pays-Bas et le NED (National Endowment for Democracy). 

Ces cinq nominés ont été sélectionnés par un panel d’expert indépendants parmi 3 893 fonctionnaires jugés honnêtes et intègres par les bénéficiaires de leurs services. Selon Moussa Kondo, directeur pays de Accountability Lab, le processus de cette nomination a consisté entre autres à : l’implantation des équipes de volontaire sur l’ensemble du territoire national ; leur formation dans leurs localités respectives ;  la prise de nomination des fonctionnaires honnêtes et intègres par les volontaires ; le tri des trente meilleurs dossiers par Accountability Lab avec d’autres organisations de la société civile, évoluant dans le même domaine et le tri des cinq finalistes plus trois suppléants par un panel d’expert indépendant.

Ainsi, le vote continue entre ces cinq finalistes par sms en envoyant le numéro de ICON au (+223) 78 20 28 28 ou sur www.integrityicon.org/mali. Cela jusqu’au gala annuel prévu pour 9 décembre 2020 à Bamako. C’est une soirée au cours de laquelle le nom du fonctionnaire le plus honnête et intègre du Mali est dévoilé à l’opinion nationale et internationale.

Lire aussi…

Mali : la 5ème édition de Integrity Icon lancée !

Pour Moussa Kondo, l’édition de cette année de Intégrity Icon se tient à un moment où les Maliens se trouvent plus dans la logique du changement. « Pour nous, la meilleure politique de développement, c’est celle qui est pensée par les femmes et les hommes honnêtes et intègres », souligne-t-il, avant d’ajouter que le projet  Integrity Icon permet d’aller dénicher ces commis de l’Etat qui ont été oubliés par les autorités.« Ces femmes et ces hommes intègres ne reçoivent même des autorités une lettre de  remerciement ou de reconnaissance à plus forte raison une médaille »,témoigne-t-il.

Quant à N’Tji dit Jacques Dembélé, universitaire et ancien nominé de Intégrity Icon, il a témoigné que l’histoire du Mali a donné raison à Accountability Lab. « Notre pays a besoin d’hommes et de femmes intègres », ajoute-t-il. Le président du Jury, Daouda Tékété, a précisé que dans la sélection des nominés, les secteurs prioritaires sont surtout l’éducation, la santé…

Qui sont les cinq finalistes ?

Icon 1 : Mme Aïssata Sangho, enseignante en classe de 3eAnnée

Intégrée à la fonction publique en 2007, Mme Aïssata Sangho a servi dans la commune de SAMAR (Gourma-Rharous) avant d’être mutée dans la commune urbaine de Gourma-Rharous à l’école fondamentale de Rharous 2 comme enseignante en classe de 3eAnnée. Elle a toujours inspiré ses collègues enseignants par son assiduité, son professionnalisme, sa ponctualité et son caractère social. Elles est très appréciée par les élèves pour son courage à offrir plus de soutien pour suivre les élèves en difficulté d’apprentissage. Mme Aïssata Sangho est aussi conseillère municipale du cercle de Gourma-Rharous. C’est une femme battante et dévouée pour le service de son école et de sa communauté et de son foyer.

Icon 2 : Dr. Gaoussou dit Abdel Kader Simpara, directeur technique du CScom de Kayes-Khasso

Après son doctorat à la FMPOS de Bamako en 2010, Dr. Gaoussou dit Abdel Kader Simpara a suivi de nombreuses formations dans le domaine de la santé en obtenant entre autres : attestation d’inspiration à l’ordre des médecins en août 2010 ; attestation en échographie au CHU du Point-G en mars 2011 ;  attestation en soins obstétricaux et néonatals d’urgence en décembre 2011 et attestation des formateurs sur les soins essentiels du nouveau-né en septembre 2013. Il est réputé pour sa disponibilité et son sens de responsabilité. Depuis son arrivée, Il a réussi à faire du Centre de Santé Communautaire de Kayes Khasso une référence aujourd’hui par sa capacité de gestion et surtout par la prise en charge des patients.

 Icon 3 : Mme Mariam Diarra, adjointe au chef du Service des Finances de la direction nationale des Frontières (DNF)

D’agent de saisie, Mme Mariam Diarra  est aujourd’hui adjointe au chef du Service des Finances de la direction nationale des Frontières (DNF). Elle est disponible en tout temps et en tout lieu pour le travail, elle est la pièce maîtresse de la saisie des données au sein du Service des Finances de la direction nationale des Frontières (DNF). Franche et dotée de sens d’écoute, Mme Mariam est une personne respectueuse, ambitieuse qui cherche toujours à s’améliorer.

Icon 4 : Moussa Abdoulaye Diarra, magistrat à la Justice de Paix à Compétence étendue de Yanfolila (JPCE)

Ce magistrat honnête et intègre est de la promotion 2008-2010 en poste à Yanfolila. C’est un homme de foi et fervent pratiquant de la religion musulmane. Ce qui l’a amené à se retirer un moment de ses fonctions de juge, pour intégrer la direction nationale de la Justice (DNAJ) et ainsi s’extirper des fortes tentations. A son arrivée en septembre 2019 dans la Justice de Paix à Compétence étendue de Yanfolila (JPCE), Moussa Abdoulaye Diarra a mis un frein aux tentatives de corruption et d’achats de conscience.

Icon 5 : Sergent Seydou Dao, agent de service pénitentiaire et de l’Education surveillée à Djenné

Diplômé de certificat d’aptitude professionnel (CAP) comme assistant comptable et ancien agent de bourse à la banque au Centre technique commercial (CETEC) en 2004, le sergent Seydou Dao a intégré la Fonction publique en 2012 comme agent technique de l’administration pénitentiaire et de l’éducation surveillée. Aujourd’hui, il est présenté par ses collègues comme un agent professionnel, dévoué, honnête et intègre dans toutes ses tâches quotidiennes. Il veille également à l’exécution des activités d’hygiène et d’assainissement au sein de la prison de Djenné.

Ousmane BALLO / Afrikinfos-Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *