Mali: le CFD réalise plus de 88% de ses activités pour l’exercice 2020 

Le Centre de Formation pour le Développement  (CFD) a tenu sa treizième session ordinaire du Conseil d’Administration, le 30 décembre 2020, en son sein, sis ACI 2000. «Malgré la crise multidimensionnelle que traverse le Mali, le CFD, a réalisé plus de 88% des activités de formations prévues au titre de l’exercice 2020 », a dit Diakaridia Dembélé, Représentant du ministre l’Economie et des Finances, en présence du Directeur Général du CFD, Aliou Mohamed, et les administrateurs venus pour la cause.

A l’ouverture des travaux de cette treizième session ordinaire du Conseil d’Administration, Diakaridia Dembélé, Représentant du ministre l’Economie et des Finances, a précisé : «Au cours de l’année 2020, le CFD a exécuté les 44 activités de formations (26 par vidéoconférence et 18 en présentiel) sur les 50 prévues. Ce qui fait un taux de réalisation de 88%. Les activités de formation en 2020, ont permis de former au total 1.058 cadres (contre 1.100 en 2019) dont 720  hommes (68,05%) et 338 femmes (31,95%). En plus, conscient du fait que pour les ressources humaines de qualité, il faut à priori, une formation initiale de performante, le CFD en s’appuyant sur les TIC et les nouvelles pédagogies qui exigent le numérique, a formé les enseignants des sciences du supérieur et du secondaire, les enseignants de l’E.N Sup, de l’ENI-ABT et de l’ETP en Learning 6.5.»

Les prévisions pour 2021

Pour l’année 2021, le projet de budget est équilibré en recettes-dépenses à la somme de 1.058.798.000 FCFA, soit une augmentation de 0,53%, contre 1.053.292.000 FCFAen 2020. Ces ressources proviennent principalement des prestations de formations à l’endroit des cadres du secteur public.

Profitant de la pandémie de COVID-19, le Représentant du ministre l’Economie et des Finances, Diakaridia Dembélé, a encouragé le CFD à continuer à se mettre à  jour en privilégiant les outils technologiques, afin de faire face aux immenses attentes de formations. « Cette crise sanitaire (COVID-19) qui frappe le monde vient encore nous conforter pour une forte intégration des TIC (Technologies de l’Information et Communication) dans notre travail au quotidien et dans nos enseignements. Pour être rapidement présent au rendez-vous du développement, nous devons sans attendre digitaliser nos différents services et notre système éducatif. La maitrise des outils technologiques est une condition sine qua non pour avoir une administration moderne et performante répondant aux exigence du développement », a-t-il insisté.

Pour finir, le Représentant du ministre l’Economie et des Finances a invité ses collègues administrateurs à examiner sans complaisance, les documents qui leur sont soumis afin que sorte de cette treizième sessionordinaire du Conseil d’Administrationdu CFD, des recommandations pertinentes pour l’atteinte des objectifs de 2021.

Pépin Narcisse LOTI / Afrikinfos-Mali