Division au sein du M5-RFP : Où est l’autorité morale ?

Le Mouvement du 5 juin-rassemblement des forces patriotiques est divisé depuis l’adoption de la charte et la feuille de route de la transition. Pendant que celui dirigé par Dr Choguel Kokalla Maiga a rejeté les conclusions des concertations, le M5-RFP-CMAS de Issa Kaou Djim, lui, soutient la charte de la transition et le CNSP. Face à la détérioration des relations entre les deux camps, surtout les piques lancés par-ci et là, l’intervention de l’imam Dicko demeure une nécessité.

Après des mois de collaborations, de durs combats contre le régime IBK qu’ils ont pu faire partir avec l’implication des militaires, le M5-RFP est, de nos jours, très divisé au point que les adversaires ont commencé à se moquer de ses membres. Y a-t-il une guerre de positionnement ? Problème d’idéologie ? En tout cas, la division est là et est grave. Même si Issa Kaou Djim a annoncé la « mort » de ce mouvement dès le début des concertations nationales tenues au CICB les 10, 11 et 12, la division au sein du mouvement a été consommée après l’adoption des conclusions issues de ces concertations.

En effet, le M5-RFP a dénoncé ce qu’il qualifie de tentative de « confiscation du pouvoir » par le CNSP et a rejeté, en bloc, la charte et la feuille de route de la transition. Cette position n’a pas été partagée par certains membres du mouvement. Issa Kaou Djim a fait une déclaration parallèle en soutenant la charte et le CNSP.  Il dit avoir fait cette déclaration au nom du M5-CMAS. Là aussi, un problème s’est posé parce que tous les membres de la CMAS ne suivent pas Issa Kaou Djim. Certains sont avec le M5-RFP dirigé par Dr Choguel Kokalla Maiga.

Le temps passe et les relations entre les deux camps se détériorent. De collaborateurs, ils sont, en une semaine, devenus des adversaires. Les deux camps ont même commencé à se lancer des piques. Certains comme Issa Kaou Djim ont commencé à dévoiler les secrets du moment de leur collaboration, du combat contre le régime IBK.

L’intervention de l’imam Mahmoud Dicko nécessaire

L’imam Mahmoud Dicko, très respecté et écouté par les responsables des deux camps du M5-RFP, semble ne pas encore intervenu sur cette division, en tout cas pas publiquement. Or, on se rappelle très bien : pendant le combat contre le régime IBK, des divergences sont intervenues dans le M5-RFP. Et c’est bien lui, à travers ses interventions, ses conseils, qui est arrivé à taire les différences entre les gens.

Aujourd’hui aussi, son intervention est plus que nécessaire pour trouver une entente entre les membres du M5-RFP qui ont vécu les moments les plus difficiles ensemble. Cette division ne reflète pas le message que ce mouvement pas a fait passer en demandant la démission d’IBK. La refondation de l’État qu’ils ont tant prônée sera vouée à l’échec tant qu’eux-mêmes, restent  divisés. Et si cette transition échoue, l’histoire retiendra les militaires comme responsables mais aussi les membres du M5, surtout, lui, l’imam Dicko.

Une autre raison pour laquelle il doit vite intervenir, c’est que le mouvement le plus affecté par cette division au sein du M5 est sa CMAS. C’est le mouvement où il y a une  guerre ouverte entre les membres. Et cette division pourrait nuire à l’imam même s’il n’intervient pas vite.

Il est vrai que l’imam a promis de retourner dans  la mosquée mais il est important qu’il s’implique pour mettre fin à cette cacophonie au sein du mouvement dont il est l’autorité morale et qui sera responsable du « chaos » dans le pays si cette transition échoue.

Boureima Guindo

Source: Le Pays