Corruption (3èpartie) : la chasse aux délinquants financiers !

L’ex-DG de l’ORTM et ancien député de Kolondiéba, Sidiki N’Fa Konaté, et son comptable, Salif Konaté, ont été place sous mandat de dépôt le vendredi dernier. Il est rattrapé par le rapport du Végal qui lui reproche des irrégularités financières de plus de 4 milliards de F CFA lorsqu’il était à la tête de l’ORTM. Cette interpellation est un signal fort contre les présumés auteurs de délinquance financière qui sont dans le viseur du Pôle économique et financier.

Aussi, ces interpellations interviennent après le fort engagement dunouveau président de la transition, Bah N’Daw,pour une lutte sans merci contre les délinquants financiers.Au-delà de cette affaire, plusieurs gros dossiers, comme l’achat de l’avion présidentiel et celui des équipements militaires qui touchent des membres de l’entourage de l’ancien président, demeurent sans réponse pour le moment (classements sans suite)

Le Procureur anticorruption,Mamadou Kassogué, continue ses investigations sur des dossiers de corruption, d’irrégularités financières, anciens comme nouveaux. Plusieurs affaires qui étaient entamées mais arrêtées ou restées pendantes pour des motifs ou intrusions politiques, seront passées devant le parquet dans les jours à venir.

C’est ainsi que le rapport du Végal sur la période 2016-2017-2018 sur des irrégularités financières à l’ORTM, au moment où Sidiki N’Fa Konaté en était le directeur général, a été remis sur le tapis. Dans ce rapport, il est décelé des irrégularités financières de plus de 4 milliards de F CFA.

Sur l’examen des opérations de gestion de l’ORTM de 2016 à 2018, le Vérificateur général a décelé des irrégularités administratives et financières. Les dossiers de passation des marchés et des pièces justificatives de l’utilisation faite des produits issus de la vente du dossier à la concurrence examinée par le Végal, a constaté que l’ORTM ne reversait pas au trésor public les produits issus de la vente des dossiers d’appel à la concurrence. La part devant être reversée au trésor public, selon le rapport du Vérificateur, était utilisée pour payer des primes aux membres des commissions de dépouillement et de jugement des offres des dossiers, ainsi qu’au personnel d’appui auxdits membres. Le montant des produits issus de la vente des dossiers d’appel à la concurrence qui n’ont pas été reversés est de 11 430 000 FCFA. Il est reproché aussi au Directeur Général de l’ORTM d’avoir « irrégulièrement attribué des marchés à des candidats n’ayant pas justifié leurs capacités financières. » Le rapport du Vérificateur général a constaté que des marchés ont été attribués à des candidats n’ayant pas fourni d’états financiers ou ayant fourni des états financiers non certifiés. « Le montant total des marchés irrégulièrement attribués à des candidats n’ayant pas justifié leurs capacités financières est de 207 693 590 FCFA. »

Toujours selon le rapport du Vérificateur général, le directeur Général de l’ORTM a irrégulièrement rejeté une offre supposée anormalement basse, l’offre du candidat 

AGEDIS.  En effet, elle n’a pas demandé par écrit au candidat la justification de son offre, bien qu’elle ait utilisé la méthode de calcul prescrite pour l’identification des offres anormalement basses. Le marché a été attribué par contrat n°2386-CPMP-MENC/MJJC/2018à EFD SARL pour un montant de 34 395 250 FCFA alors que l’offre évaluée anormalement basse proposait 20 111 920 FCFA, soit un écart de 14 283 330 FCFA »Le directeur Général de l’ORTM est aussi accusé d’avoir attribué un marché à un candidat ayant présenté une autorisation du fabricant non conforme. A l’issue de ces travaux, la mission a constaté que « les Établissements Mahamane TANGARA », titulaire du marché n°113/DRMP 2016 relatif à la fourniture de matériels informatiques et accessoires d’un montant de 31 500 000 F CFA, a fourni une autorisation du fabricant non-conforme. En effet, la société « AURE Technologies » ayant donné l’autorisation du fabricant ne produit pas les équipements proposés.  Elle est plutôt spécialisée dans l’importation et la commercialisation de terminaux et d’équipements informatiques. Par contre, le candidat le moins disant a été éliminé au motif de non fourniture de l’autorisation du fabricant des produits proposés.

L’écart des offres entre le titulaire du marché et le candidat le moins disant à savoir « CDMI » est de 11 340 000 F CFA.

Autres irrégularités constatées par le Vérificateur dans les opérations de gestion de l’ORTM de 2016 à 2018 : un marché passé irrégulièrement par le Directeur Général sans mise en concurrence ; la dissimulation, par le Directeur Général, d’un appel d’offres restreint en appel d’offres ouvert contrairement à l’avis juridique de la DGMP ; le DFM du ministère chargé de la communication a payé des travaux non exécutés, pour le compte de l’ORTM ; le non-respect des modalités de règlement des prestations de services rendus ; l’agent comptable a justifié partiellement des opérations de dépenses ; le Directeur Général de l’ORTM n’applique pas de pénalités de retard.

Au mois d’avril 2020, Sidiki N’Fa Konaté était déjà passé devant les limiers du Pôle économique et financier pour des auditions. Le dossier avait été mis dans les placards après son élection aux dernières législatives, dans la circonscription de Kolondiéba, sur la liste du RPM, le parti au pouvoir. A cause de l’immunité parlementaire, il ne pouvait plus être poursuivi qu’à la suite d’une procédure spéciale. Puisque l’Assemblée nationale est dissoute à la faveur du départ forcé d’IBK, la justice revient à la charge.

Mémé Sanogo

Source : L’Aube