Circulation routière à Bamako : Sotramas et taxis, rois du désordre !

La circulation à Bamako a toujours été un vrai casse-tête pour les usagers. Au-delà des embouteillages incessantes et troublantes, plusieurs autres explications sont données à cet état de fait. Toutefois, les usagers de la route pointent du doigt les sotramaset les taxis comme les moyens de transport en commun les plus dangereuxsur la route dans les milieux urbains.

Si les guerres et les catastrophes naturelles causent énormément de dégâts, les accidents de la circulation restent encore l’une des premières causes de mortalité  au Mali et même dans la plupart des États à travers le monde. Pour le cas du Mali, il y a des domaines de transport qui tuent plus que d’autres. Dans la plupart des cas, ce sont des motocyclistes qui sont très généralement victimes. Cela est souvent dû à l’excès de vitesse et au non respect du code de la route.

Au cours de notre petite promenade à Bamako, nous avons pu constater que les populations sont presque unanimes sur le danger que constituent les sotramas, les taxis et même les tricycles sur la route.

Madou Doucouré est un usager de la route. Pour lui, la plupart des conducteurs de sotramas et de taxis sont souvent hors d’eux-mêmes et ne respectent pas le code de la route. «Je me demande toujours ce qu’on leur a dit pour qu’ils (les conducteurs) se comportent de la sorte. Par exemple, un conducteur de Sotrama ou de taxi peut te voir venir ou te voir arrêté, mais ilva déciderde foncer sur toi, sachant bien qu’il n’a pas la priorité. C’est tellement grave, mais malgré tout, je ne vois pas de sanction infligée à ces gens suite à leurs infractions », déplore t-il.

Fanta Diaby, un autre usager de la route, pense que les conducteurs dessotramas, taxis et tricyclesse dopent et roulent de manière anarchique. « Pour le cas des sotramas et taxis, je pense que les conducteurs se dopent. Mais pour le cas des conducteurs des tricycles, on dirait qu’ils sont mal formés et ils roulent anarchiquement. Cela me met hors de moi », dit-elle.

De toutes les façons, si les autorités en charge des transportsveulent trouver une solution pérenne et capable de restreindre les accidents de la route, elles doivent non seulement exiger le respect du code de la route par tous les usagers, mais aussi prendre de nouvelles mesures de sanctions contre les contrevenants de la circulation routière. Cette sanction devrait aller jusqu’au retrait des permis de conduire avec payement d’amendes, mais aussi il faut règlementer davantage les auto-écoles qui poussent comme des champignons. Enfin, il faut revoir les procédures de délivrance du permis de conduire.

Amadou Basso