Chu Gabriel Touré : Encore Bigtogo ?

En 2019, le conseil des ministres a voté un budget de plus de 11 milliards de F CFA pour “la fourniture et l’installation d’équipements médicaux au bénéfice du Centre hospitalier universitaire  (CHU) Gabriel Touré et d’autres structures de santé”. En plus, 3 autres milliards de F CFA ont été dégagés pour la réhabilitation de certains services, dont les services de la radiologie du CHU Gabriel Touré.

Le marché avait été attribué à Adama Bigtogo (homme politique et homme d’affaire ivoirien), avec toute la polémique qu’il y a eu, à l’époque, sur la procédure de passation du marché.

Selon le communiqué du Conseil des ministres, cette enveloppe devrait servir à deux objectifs : la réhabilitation de certains services et l’installation d’équipements médicaux. “L’exécution de ces marchés contribuera au renforcement du plateau technique de la pyramide sanitaire. Elle participe, en outre, de la mise en œuvre du Programme présidentiel d’Urgence sociale”, précise le communiqué du Conseil des ministres.

Cependant, les sceptiques semblent avoir raison. Pour le service de radiologie de Gabriel Touré, il était prévu l’installation de scanners, appareils de mammographie et d’imagerie médicale, IRM.

Les travaux ont pris plus de temps que prévu, ce qui a fait qu’à ce jour, non seulement le service ne fonctionne pas, mais, les patients ne savent pas à quels saints se vouer. En effet, chemin faisant, la radiologie, à la vue des difficultés d’entretien de l’IRM, et constatant que l’hôpital n’est pas en mesure de l’entretenir, a décidé de faire doubler les autres appareils et de se passer d’IRM. Le reliquat a été utilisé pour la réhabilitation de l’urgence.

Pour le reste, on ne sait pas quand tout sera fini. La dernière information est que, un superviseur doit venir pour tout voir. Depuis 3 mois, ce superviseur est en route de… Ségou pour arriver. “Même à pied il serait déjà là”, ironise un agent.

En entendant, le service est fermé, les patients obligés de se référer aux cliniques privées, pour ceux qui en ont les moyens, et les autres n’ont que leur foi pour prier.

Alexis Kalambry

Source: Mali Tribune