Barkhane : Des officiers français renforcent le poste de commandement de la force conjointe du g5 Sahel

L’opération Barkhane repose sur un esprit de partenariat avec les forces nationales, internationales et la force conjointe du G5 (FC-G5) Sahel. Cela se traduit notamment par la mise en place de détachements auprès des états-majors. Il en est ainsi du détachement de liaison et de mentorat (DLM) de la force Barkhane inséré en partie au poste de commandement interarmées de théâtre (PCIAT) de la FC-G5 Sahel.

Le PCIAT de la FC-G5Sahel, inauguré le 3 juin 2020, est  installé sur une parcelle de 5000m² non loin de Bamako. Il incarne la vision régionale de la FC-G5Sahel sur toute la bande sahélo-saharienne.

C’est donc désormais à partir de ce PCIAT que les décisions de niveau opératif de la FC-G5 Sahel dans la lutte contre les groupes armés terroristes (GAT) seront prises. C’est également à partir de son centre opérationnel interarmées (COIA) que la force conjointe élaborera ses futurs plans de campagne et en assurera le suivi.

Afin d’accompagner sa montée en puissance, des officiers français du DLM de la force Barkhane y sont insérés. Détachés dans un premier temps au poste de commandement conjoint de Niamey, cinq d’entre eux sont désormais détachés au PCIAT près de Bamako. Forts de leurs expériences et de leurs savoir-faire, ils ont pour mission de conseiller et d’appuyer le personnel de la FC-G5 Sahel dans des domaines tels que la planification des opérations, les systèmes d’informations et la logistique. Pour exemple, le lieutenant-colonel Bruno conseille la FC-G5 Sahel sur l’élaboration et le suivi des campagnes aériennes et terrestres ainsi que sur la conception des opérations. Ces concepts seront par la suite déclinés au niveau des postes de commandement des trois fuseaux (ouest, centre et est) au Sahel.

Quant au commandant Mourad, spécialiste des systèmes d’informations et de communication,  il a participé avec son homologue de la FC-G5 Sahel à la création et à la mise en place d’un réseau informatique sécurisé pour tout le PCIAT. Grâce à ce partenariat, le COIA fonctionne et permet de planifier des opérations et d’échanger des informations en toute sécurité. De son côté, le commandant Cyril transmet son expérience et ses conseils sur l’élaboration de la documentation nécessaire au bon fonctionnement du PCIAT : mémentos, règlements de fonctionnement, exploitation des retours d’expériences et autres bonnes pratiques que Barkhane met d’ailleurs en œuvre au sein de son propre PCIAT à N’Djamena.

Le personnel du DLM à Bamako est donc en appui de la FC-G5 Sahel afin que le PCIAT s’opérationnalise au meilleur rythme possible. Concernant cette montée en puissance, le colonel Patrick, chef du DLM et conseiller de la force Barkhane auprès du commandant de la FC-G5 Sahel souligne «un nombre important d’officiers du PCIAT est passé par le poste de commandement conjoint de Niamey au cours de l’opération SAMA. Ces militaires ont acquis une expérience considérable dans le domaine de la planification et de la conduite d’une opération.

Depuis l’installation dans ses nouveaux locaux, sous l’impulsion du COMANFOR, le général Namata, et de son chef d’état-major, le colonel Ouedraougo, ce personnel conduit des instructions d’une grande qualité au profit de l’ensemble du PCIAT. Toutes ces actions portent leurs fruits. Les progrès sont visibles et le PCIAT est désormais dans une très bonne dynamique».

Source : Barkhane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *