Bamako : l’appel des confessions religieuses aux manifestants de ce vendredi

Les organisations confessionnelles, en collaboration avec des organisations de la société civile, dont l’UNTM, ont animé, ce 4 juin 2020, un point de presse au mémorial Modibo KEITA, sur la situation sociopolitique du pays. Au cours de cette rencontre avec les hommes de médias, ces organisations ont solennellement invité tous les Maliens à mettre le Mali au-dessus des ambitions et désirs personnels.

Cette conférence de presse était animée par le deuxième vice-président du Haut conseil islamique du Mali (HCIM), Thierno Hady Cheick Omar THIAM, en présence du Cardinal Jean ZERBO, représentant de l’Église catholique ; du Révérend Nouh Ag Infa YATTARA, représentant de l’Église protestante ; de Chouala Bayaya HAIDARA.

On y notait également la présence du Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale, chargé de la Promotion et de l’Intégration de l’Enseignement bilingue, Moussa Boubacar BAH ; des représentants des familles fondatrices ; du représentant de l’UNTM, etc.

À l’entame de ses propos, Thierno Hady Cheick Omar THIAM, a tenu à saluer et à remercier tous ceux qui ont fait le déplacement, notamment les représentants de la communauté chrétienne.

De même, a-t-il fait savoir, cette déclara a été conjointement élaborée par les HCIM, les organisations des confessions catholiques et protestantes du Mali ainsi que plusieurs autres organisations de la société civile.

À travers cette déclaration, ses initiateurs, dit-il, entendent se prononcer sur la situation sociopolitique du pays. Selon lui, les religieux sont des acteurs neutres dans le jeu sociopolitique.

« Nous ne sommes pas des acteurs politiques. De ce fait, nous devons être à équidistance de tous les acteurs de la vie sociopolitiques du pays pour jouer le rôle de sentinelle », a-t-il déclaré.

Face à certaines menaces sur la stabilité, la paix et la cohésion nationale, il est du devoir de cette catégorie d’acteurs, d’un point de revue religieux, des valeurs sociétales, de l’engagement patriotique de se retrouver pour appeler les gens à l’apaisement.

« Nous les invitons au nom d’Allah, de leur amour pour le pays à s’engager pour la promotion de la paix et la stabilité du pays », a-t-il sollicité.

Dans la déclaration lue par le secrétaire général du HCIM, le Dr Mamadou DIAMOUTANI, il ressort que les signataires invitent les Maliennes et les Maliens de l’intérieur comme ceux de l’extérieur, à l’attachement à la Constitution et au respect de nos valeurs sociétales qui considèrent comme cardinales les vertus du dialogue.

Ainsi, les confessions religieuses et organisations de la société civile, rassemblées ce 4 juin 2020 au Mémorial Modibo KEITA, rappellent que la satisfaction des besoins fondamentaux du citoyen fait partie des grandes missions régaliennes de l’État, notamment la protection des personnes et de leurs biens, le droit à l’éducation, à la santé et à la justice.

Toutefois, elles saluent toute initiative contribuant à l’apaisement du climat social. De même, elles insistent sur le respect du vote du peuple malien, au travers, entre autres, de l’exigence de transparence dans les élections qui sont et demeurent un pan important dans l’avènement et le renforcement de la démocratie.

Par ailleurs, dans le contexte actuel de notre pays, ces organisations invitent tous les Maliens, de mettre le Mali au-dessus des ambitions et désirs personnels.

Abdoulaye OUATTARA / Afrikinfos-Mali

………………………………………………………………………………………….

DECLARATION SOLENNELLE DES CONFESSIONS RELIGIEUSE ET DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SUR LA SITUATION SOCIOPROFESSIONNELLE

NOUS, confessions religieuses et organisations de la société civile, rassemblées ce jour 04 juin 2020 au Mémorial Modibo KEITA :

  • CONSIDERANT les multiples défis auxquels le pays est confronté depuis un
    certain temps, notamment la situation sécuritaire, les conflits communautaires, la crise scolaire, exacerbés par la pandémie du Coronavirus ;
  • CONSIDERANT les menaces multiformes qui planent sur notre pays ;
  • REGRETI ANT que le traitement fait des résultats des dernières élections
    législatives a contribué à la détérioration du climat politique ;
  • CONVAINCUS que le respect de la Constitution est un gage de stabilité qui
    garantit la liberté d’expression et de manifestation dans le respect de la loi ;

CONVAINCUS EGALEMENT que le Mali est et reste notre bien commun à
préserver et à renforcer ;

1- RAPPELONS que la satisfaction des besoins fondamentaux du citoyen fait partie des grandes missions régaliennes de l’Etat, notamment la protection des personnes et de leurs biens, le droit à l’éducation, à la santé et à la justice ;

2- SALUONS toute initiative contribuant à l’apaisement du climat social ;

3- INSISTONS sur le respect du vote du peuple malien, au travers, entre autres, de l’exigence de transparence dans les élections qui sont et demeurent un pan important dans l’avènement et le renforcement de la démocratie ;

4- INVITONS les Maliennes et les Maliens, de l’intérieur comme de l’extérieur, à l’attachement à la Constitution et au respect de nos valeurs sociétales qui considèrent comme cardinales les vertus du dialogue ;

5- DEMANDONS à toutes les Maliennes et à tous les Maliens, de mettre le Mali au-dessus des ambitions et désirs personnels.

Fait à Bamako, le 04 juin 2020