Bamako: échanges du conseil du District sur des nouvelles perspectives !

C’est ce mardi 1erseptembre 2020 que la troisième session ordinaire du Conseil de District de Bamako (exercice 2020) a eu lieu à la Mairie de la ville. Les points inscrits à l’ordre du jour étaient: l’élaboration du Programme de Développement Economique, Social et culturel (PDSEC) pour la période 2021-2025; la construction de deux fourrières sur les deux rives du fleuve Niger à Bamako ; la fixation au titre de l’année 2021, des taux des impôts et taxes du District de Bamako dans le cadre des bases et des maxima fixés par la loi; l’institution d’une régie de recettes à la Mairie du District de Bamako; et enfin l’examen et le vote de virements de crédits dans le budget de l’exercice 2020. La session a été présidée par son président et maire du district, Adama Sangaré.

C’est conformément aux dispositions de la Loi n°2017-053 du 02 octobre 2017, portant Statut Particulier du District de Bamako et relative aux attributions du Conseil que les administrateurs du conseil du District de Bamako se sont réunis ce mardi pour discuter et examiner  les sujets qui leur ont été soumis. Il s’agit de: l’élaboration du Programme de Développement Economique, Social et culturel (PDSEC) pour la période 2021-2025; la construction de deux fourrières sur les deux rives du fleuve Niger à Bamako ;  la fixation au titre de l’année 2021, des taux des impôts et taxes du District de Bamako dans le cadre des bases et des maxima fixés par la loi; l’institution d’une régie de recettes à la Mairie du District de Bamako, ainsi que l’examen et le vote de virements de crédits dans le budget de l’exercice 2020.

Selon le maire du district, le Programme de Développement Economique, Social et Culturel (PDESC) est un outil de planification dans lequel sont inscrits l’ensemble des actions de développement de la collectivité pour une période déterminée. «Loin d’être seulement une liste de problèmes à résoudre ou de besoins à répondre, il est un ensemble d’actions à mettre en œuvre pour l’amélioration progressive des conditions de vie des populations. Ce processus passe avant par la valorisation des potentialités locales et la collaboration de l’ensemble des acteurs sociaux »,souligne-t-il.

Aussi, le président du Conseil d’Administration estime que la fixation des taux des impôts et taxes de l’année nouvelle, est une obligation légale dont l’adoption doit intervenir avant le 1er octobre de l’année en cours. Il en est de même, avance-t-il, pour la nomination d’un régisseur de recettes et d’un régisseur de dépenses.

Selon Adama Sangaré, la construction de fourrières répond à un souci majeur du Conseil du District, car la ville de Bamako ne dispose d’aucun endroit approprié pour recevoir ni les engins saisis en infraction, ni les animaux en divagation. Toutefois, une proposition de virement de crédit, fera l’objet d’une délibération du Conseil.

Amadou Kodio / afrikinfos-mali